Cet article date de plus de neuf ans.

Banquise sociale

écouter (5min)
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Gros plan ce matin sur une photo dans la presse...

Perdue sur un morceau de banquise à la dérive, c'est une silhouette isolée, un peu pathétique, non ce n'est pas Jean-Louis Borloo dans un beau manteau blanc dans sa récente équipée au Pôle nord, non, c'est un ours polaire qui a l'air un peu perplexe en contemplant sa banquise en miettes.

La photo à la Une du Monde vient nous rappeler une fois de plus qu'il y a un souci avec le climat : la banquise fond, elle vient de perdre en deux ans deux fois la surface de la France...
Principal impact selon des chercheurs cités dans le Monde : pas seulement sur l'environnement mais aussi sur le social...
Explication : il y aura davantage de pluies en Europe, et des conséquences majeures sur l'agriculture et plus largement l'activité économique.

Alors la banquise qui fond, coup de froid sur le social ? Allons bon, voilà un souci de plus pour les partenaires sociaux...

Depuis le discours de Nicolas Sarkozy hier, ils ne savent déjà plus où donner de la tête dit le Parisien-Aujourd'hui en France pour qui le président ouvre des chantiers tous aymuts au pas de charge, bref on pourrait dire que c'est une façon de s'attaquer à notre vieille banquise sociale à nous.

Traduction dans l'Humanité, c'est la déclaration de guerre au monde du travail, Sarkozy veut fracasser le modèle social...
Pas du tout, c'est un nouveau contrat social au nom de l'efficacité économique et une rupture nécessaire dit le Figaro... Rupture oui, mais rupture-éclair pour Libération... qui craint en fait la fermeture-éclair du côté des syndicats hérissés par tant de précipitation.

Conclusion météorologique dans Ouest France : le Président surfe sur des eaux propices, mais attention aux vents contraires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hyper revue de presse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.