Histoires gourmandes, France info

Histoires gourmandes. La pastèque

La pastèque est l'un des fruits du marché parmi les plus rafraîchissants de l'été et aussi parmi les plus gros.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un étal de pastèques dans un marché couvert à Barcelone.
Un étal de pastèques dans un marché couvert à Barcelone. (PELAEZ JULIO / MAXPPP)

C’est un gros fruit, mais ça n’est pas un gros mot. Se faire traiter de pastèque n’est pas forcément désobligeant, même pour un ministre, donc une "grosse légume". "Vous êtes quand même une pastèque. Vous êtes verte à l'extérieur et bien rouge dedans", demande un journaliste à Dominique Voynet, ancienne ministre de l'Aménagement des territoires et de l'Environnement de 1997 à 2001. Elle lui répondra : "Et bien j'ai du goût, je crois alors qu'une pastèque, il faut vraiment que ce soit très mûr et très bien choisi. Je crois aujourd'hui que je suis écologiste, verte... verte dehors, verte dedans !"

Verte de rage, peut-être Dominique Voynet. Il est vrai que la pastèque débarque parfois où on ne l’attend pas. Par exemple sur des questions de philosophie : "La pastèque sans pépin, ça permet d'aborder un nouvel état de la descendance, de ce que signifie aujourd'hui la descendance. Parce que simplement, c'est un légume qui n'a plus en lui-même, dans sa propre chair, les moyens de se reproduire."

Étonnant ! Avec ou sans pépin, la pastèque est là pour désaltérer, rien de plus. D’ailleurs, pour en profiter, on peut la croquer à pleine bouche, c’est le meilleur. Ou la préparer en salade, pas mal non plus, comme dans la recette du cuisinier Bruno Verjus en fin de chronique.

À Taïwan, des pastèques cubiques

Bon, pour en revenir à la taille, c’est vrai que c’est un fruit imposant, qui pèse entre trois et quatre kilos. Pourtant, certains lui administrent des produits dopants, avec un drôle d’effet. Lors d'un reportage, on apprenait que le commerce de la pastèque explose : "Les agriculteurs évoquent des scènes de films d'horreur. Des serres entières de pastèques libérant brutalement des milliers de pépins. Des morceaux de fruits volant en éclat, voici donc les pastèques aux hormones de croissance."

Voilà qui n’est pas joli joli. À Taïwan, c’est l’inverse, on enferme les jeunes pousses dans des cubes : "Les ménages sans enfant sont de plus en plus nombreux à Taïwan. À deux personnes, il faut des semaines pour venir à bout d'une pastèque... d'où l'idée de produire des pastèques cubiques, moins encombrantes que les pastèques naturelles", raconte ce journaliste.

Malins ces Taïwanais ! Une pastèque cubique reprise également par les Japonais, les créateurs d'une pastèque en forme de cœur. Et c’est un Taïwanais, le cinéaste Tsai Ming-liang, qui a eu, lui aussi, une idée originale pour affronter la sécheresse, se désaltérer avec du jus de pastèque dans son film, La Saveur de la pastèque.

Pour vous rafraîchir l’esprit, voilà ce que ça donne, en musique avec une des chansons de cette "comédie musicale juteuse et fruitée" selon son sous-titre officiel.

Ingrédients pour quatre personnes :

1 pastèque, 1 oignon rouge, 1 fromage crémeux (vache ou chèvre selon son goût), du vinaigre de Xérès, de l’huile d’olive, sel, poivre.

Préparation :

Tailler la pastèque en tranche de 2 cm d’épaisseur, enlever les graines et la peau, et découper en forme de bouchées.

Éplucher l’oignon, le passer à la mandoline où l’émincer finement au couteau. Passer cet émincé dans un bain d’eau froide pendant 10 minutes, le déposer sur un torchon pour le sécher. Mettre dans une assiette, sous un film de protection et laisser refroidir au réfrigérateur.

Dans un bol, préparer la vinaigrette avec le vinaigre de Xérès et l’huile d’olive, du sel et du poivre.

Dresser les bouchées de pastèques dans chaque assiette, ajouter trois petites quenelles découpées dans le fromage. Assaisonner de vinaigrette à l’aide d’une cuillère à café. Décorer avec des lamelles d’oignon, ajouter une pincée de fleur de sel, saupoudrer de quelques grains de piment. Déguster très frais.

Un étal de pastèques dans un marché couvert à Barcelone.
Un étal de pastèques dans un marché couvert à Barcelone. (PELAEZ JULIO / MAXPPP)