Histoires d'info, France info

Un pape auprès des réfugiés: Jean-Paul II et les boat people à Manille (1981)

Le pape François était à Lesbos samedi en solidarité avec les Grecs et les réfugiés. Une visite symbolique dans les pas de celle d'un autre pape, souvent associé à François.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Retour le 22 juillet 1979. Le Pape Jean-Paul II élu en octobre de l’année précédente est au Vatican. Sa préoccupation du moment n’est pas doctrinale, mais politique et sociale. Léon Zitrone s’en fait l’écho dans le journal de 20h d’Antenne 2:

"Aujourd'hui, le souverain pontife a consacré son Angelus à la conférence de Genève sur les réfugiés souhaitant que les propositions concrètes soient appliquées avec efficacité et promptitude."

Des milliers et des milliers de Vietnamiens, de Cambodgiens ou de Laotiens -les boat people- fuient le communisme et les guerres civiles qui ravagent l’Asie du Sud-Est. . Les pays de la région, l’Australie, Honk Kong ou l’Indonésie leur refusent l’asile tandis que les pays occidentaux, très lointains, sont très réticents à les accueillir.

Mû par la compassion mais aussi par son rejet farouche du communisme le pape polonais se veut porte-parole de ces réfugiés asiatiques.

A la fin du mois de février 1981, Jean-Paul va plus loin dans son engagement en se rendant à Manille, son premier déplacement en Asie. Et il décide d’aller apporter son soutien aux réfugiés qui attendent le grand départ vers l’Occident:

"Le problème des réfugiés, voilà la plus grande tragédie humaine de notre temps."

Indéniablement, même si ce n’est pas le seul facteur bien entendu, en appelant à leur générosité, Jean-Paul II a accéléré la prise de conscience de la part de pays occidentaux. C'est aussi ce qu'est allé cherché François à Lesbos.

Aux Philippines, le camp de réfugiés où le pape avait célébré une messe en février 1981 est devenu un sanctuaire. Dans l’autel, une image où Jean-Paul II est représenté à bord d’une barque avec une famille de "boat people".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)