Histoires d'info, France info

Téléthon 1987 : quand la France se convertit à la charity-business

En 1987, Jerry Lewis est le parrain de la première édition du téléthon français. L'importation d'une émission américaine est un succès, signe d'une profonde américanisation.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Claude Sérillon et Michel Drucker. Téléthon 1987© France Télévisions)

 Au début du mois de mars 1954, sur la chaîne de télévision ABC se tient une émission que l'on commence à appeler Téléthon, contraction de télévision et de marathon. Organisée contre la paralysie cérébrale, elle est présentée par l'acteur Bob Hope qui y reçoit la sublime actrice d'origine hongroise, Zsa Zsa Gabor.

La voix pleine d'émotion, elle invite les téléspectateurs à envoyer des dons en racontant sa rencontre avec la petite Anne-Marie

"J'ai rencontré une petite fille ici aujourd'hui (...) elle m'a dit qu'elle veut devenir danseuse. J'ai dit oui, mais je ne le crois pas. Elle est courageuse mais je pense qu'elle ne dansera jamais. Téléphonez-moi et je vous expliquerai... "

Tous les ingrédients de la charity-business sont réunis. Une star connue de tous, une histoire émouvante, et l'appel au don avec en plus la perspective d'éventuellement parler à ladite star au téléphone.

Le Téléthon de 1954 n'est pas le premier du genre, mais il est l'un des premiers à ne pas être uniquement diffusé sur des chaînes locales.

Face au succès, en 1966, le Téléthon américain prend de l'ampleur. Désormais destiné à récolter des dons pour lutter contre les myopathies, le marathon de 30h est présenté par Jerry Lewis, place qu'il occupe jusqu'en 2011. Et c'est tout naturellement que ce même Jerry Lewis est choisi pour être le parrain de la première édition du Téléthon français en 1987.

Après 30H de direct, Jerry Lewis clôt la cérémonie :

"Avant qu'on se dise au revoir, je dois dire aux Français, pour la première fois de l'histoire de ce pays, vous avez donné de l'espoir à ces enfants ! vous devez vous sentir formidables ! "

De Patrick Bruel à Mireille Matthieu en passant par Gad Elmaleh, les parrains et marraines suivants utiliseront la même recette que Zsa Zsa Gabor et Jerry Lewis, évoquant toujours leurs visites aux malades, et appelant à la générosité dans un double mouvement de devoir et de volonté de battre le record de l'année précédente.

En France, le record est celui de 2006, 101.472.581€ de promesse de dons !

Alors en 1987, la première édition du téléthon remporte un franc succès, mais cela n'était pas gagné d'avance.

Au milieu du marathon, le soulagement est perceptible.

"Les organisateurs n'en croient pas leurs yeux et leurs oreilles ils espéraient sans trop l'envisager 50 millions de francs au bout du compte, et cette somme était déjà atteinte ce matin (Danielle Messager) "

Ce qui explique le soulagement si fort, c'est que la charity business semblait reposer sur des ingrédients éloignés de la culture française. Au début des années 80, pas longtemps avant la première édition, Antenne 2 refuse à l'animatrice Dorothée l'importation du concept en France, soutenant qu'il n'obtiendrait aucun succès.

Il est vrai qu'en France, du fait d'imposition élevé, il appartient à un État fort d'assurer le bien-être de la population et donc de financer la recherche. Le téléthon, lui, s'inscrit parfaitement dans la culture américaine où la philanthropie est valorisée, plus efficace que l'action de l'État, toujours déconsidérée.

Avec 3% des dons annuels des Français, le Téléthon  est la plus grosse collecte populaire au monde. Un signe parmi d'autres de notre profonde américanisation.

(Claude Sérillon et Michel Drucker. Téléthon 1987© France Télévisions)