Histoires d'info, France info

Paris, Berlin Vichy : la haine antisémite (1941)

En septembre 1941, l'exposition "le Juif et la France" rassemble 250.000 visiteurs à Paris, quelques semaines après les premières rafles contre les Juifs en zone occupée. Un épisode relaté dans l'exposition sur la collaboration qui s'ouvre aujourd'hui aux Archives nationales.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

De Paris à Pithiviers, la haine du Juif en zone occupée

Au début du mois de septembre 1941, dans le Paris occupé, la foule se presse pour se rendre au Palais Berlitz dans le 2eme arrondissement où se tient une exposition dont tout le monde parle.

(©)

"Le Juif et la France" est organisée et financée par l'Occupant sous le patronage de l'Institut d'études des questions juives, le IEQJ. Elle poursuit d'ailleurs un but précis, démontrer scientifiquement aux Parisiens la domination juive sur la France et le monde, et leur permettre de reconnaître les Juifs en présentant les caractères physiques.

Et cela permet de justifier la politique antisémite menée de concert par Vichy au sud, et l'occupant allemand au nord.

La grande exposition sur la Collaboration qui ouvre ses portes aujourd'hui aux Archives nationales présente l'affiche de l'exposition de 1941, et rappelle la triple haine partagée par Vichy et Berlin, celle des communistes, celles des francs-maçons, et celle des Juifs.

L'exposition de 1941connaît un grand succès populaire, 250.000 visiteurs à Paris, puis 100.000 autres lorsqu'elle partira pour la province, Bordeaux et Nancy.

Cette exposition se tient quelques semaines après les premières rafles contre les Juifs en zone occupée.

L'arrivée des premiers Juifs pousse à la transformation du camp de prisonniers à Pithiviers, dans le Loiret, en camp d'internement sous autorité française. A Radio Paris, on se félicite de ses internements.

La zone sud, seul territoire d'Europe non occupé à livrer des Juifs 

Si dans un premier temps, les rafles ne concernent que la zone occupée, l'été 1942 signe un tournant. Désormais, la zone sud y est également sujette. 

Aux Archives nationales, l'exposition présente une photo exceptionnelle. Elle a été prise à Vichy le 3 juillet 1942 alors que Pétain, Laval et Bousquet alors qu'ils sortent du Conseil des Ministres. Ils viennent de prendre la décision faisant de la zone sud le seul territoire d'Europe non occupé par les troupes Allemandes à livrer des Juifs. 

Ils seront en tout 10.500 à rejoindre le camp de transit de Drancy, avant d'être déporté à l'Est, vers les camps de la mort.

(©)