Histoires d'info, France info

Notre fascination pour Toutankhamon lui assure la vie éternelle

Depuis la découverte de son tombeau en 1922, Toutankhamon, pharaon sans grande envergure politique, n'a cessé de nous fasciner.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Retour à la fin du mois de novembre 1922. En Egypte, face à Louxor, sur la rive ouest du Nil, Howard Carter, un égyptologue anglais découvre un véritable trésor.

Quelques années plus tard, Carter fait le récit de cette extraordinaire découverte:

"Je coupai le cordon avec soin, enlevai le sceau précieux, tirai les verrous, et ouvrit la porte.
Dans un silence de mort, le couvercle énorme pesant plus d'une tonne et un quart a été soulevé de son lit. Un soupir d'émerveillement s’échappa de nos lèvres. Devant nos yeux, le spectacle était tellement magnifique.  La sublime effigie en or du jeune roi remplissait l’intérieur."

Carter travaillait sous la conduite de Lord Carnavon, un autre égyptologue anglais qui avait entre ses mains depuis 1914 un permis de fouille dans la vallée des Rois.

La magnificence de la chambre funéraire et de la chambre du trésor avec milliers de pièces en parfait état suscitent immédiatement une fascination mondiale. Une fascination inversement proportionnelle à l’importance historique du règne de Toutankhamon.

Mais cette fascination va prendre un tour moins patrimonial et plus ésotérique avec la mort de Lord Carnavon en 1923 à 57 ans. La presse s’empare du sujet. La tombeau de Toutankhamon était protégé, quiconque s’en approche est frappé par la mort. La malédiction du pharaon ! Les écrivains ne sont pas en reste, de Conan Doyle à Agatha Christie, qui publie dès 1923, L'Aventure du tombeau égyptien, une nouvelle avec Hercule Poirot. D’autant que d'autres morts mystérieuses viennent nourrir la légende…

En 1967, le plus grand égyptologue français Jean Yoyotte répond à l’hypothèse d’une malédiction:

 "C'est une blague. C'est un gigantesque cas de psychose collective !"
 

La présence de la tombe de Néfertiti dans une chambre secrète de tombe de Toutankhamon, hypothèse d’un archéologue britannique, serait la troisième étape de notre fascination pour le pharaon égyptien.

Dans l’ancienne Egypte, le meilleur moyen de maintenir en vie des pharaons par-delà la mort était de s’assurer que leur nom soit sans cesse prononcé pour ne pas tomber dans l’oubli. Toutankhamon n’a pas à s’inquiéter.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)