Cet article date de plus de sept ans.

Le Parti socialiste et l'entreprise (1983/2014)

écouter (5min)
A l'heure où le parti socialiste s'embrase au sujet de la prétendue dérive libérale de la politique économique de François Hollande et plus encore depuis le discours controversé de Manuel Valls à l'université d'été du MEDEF, revenons trente ans en arrière. En 1984, la gauche est au pouvoir, et déjà on observe une politique de rigueur qui ne dit pas son nom.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© Maxppp   Passation de voyage à Matignon à Paris entre le Premier ministre Pierre Mauroy et son successeur Laurent Fabius le 18 juillet 1984)

La semaine dernière, les mots de Manuel Valls ont mis le feu aux poudres dans les rangs du Parti socialiste, en témoigne l'ambiance plombée de l'Université d'été du parti à La Rochelle. Pourtant, ces derniers semblent beaucoup moins retentissants que ceux employés par Laurent Fabius, alors Premier ministre,  en septembre 1984. Avec la foi du converti, il prêchait alors les bienfaits d'une relation étroite entre le Parti socialiste et l'entreprise.

Déjà en 1984, cette " Nouvelle gauche " ne faisait pas l'unanimité

Outre les communistes, elle s'était attirée les foudres des Chevènementistes vent debout contre cette nouvelle orientation idéologique et politique. De fait, nous pouvons voir que la fracture est toujours la même au sein de la gauche française. Tout comme les contextes de ces virages économiques sont frappants de similitude. En effet, entre la crise économique qui s'enracine, la compétitivité dégradée et la pousée politique de l'extrême-droite, il paraît clair que les difficultés avec lesquelles devaient jouer François Mitterrand dans les années 1980 sont les mêmes que celle de François Hollande aujourd'hui.

C'est en écoutant les mots de François Mitterrand annonçant en mars 1983 le tournant de la rigueur après le changement de gouvernement que l'on comprend ce qui dérange tant une partie des socialistes aujourd'hui. En effet, ces déclarations d'amour aux entreprises vont de paire avec une politique de rigueur budgétaire, présente sans pour autant dire son nom.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.