Histoires d'info, France info

Histoires d'Info. Xavière Tiberi, son rapport de 36 pages et François Fillon

A la fin des années 1990, la France découvre Xavière Tiberi et son fameux rapport. Un rapport commandé par le conseil général de l'Essonne.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Xavière Tiberi à Paris le 7 novembre 1996
Xavière Tiberi à Paris le 7 novembre 1996 (GERARD FOUET / AFP)

L'affaire avait fait scandale à la fin des années 90, Xavière Tiberi et son fameux rapport de 36 pages, payé une fortune. Juillet 1996 : au cœur de l’été, un rapport sur la coopération et la francophonie fait la une de l’actualité. Etonnant ? Pas tant que ça : "Voici le rapport écrit par Xavière Tiberi pour le conseil général de l'Essonne. Le Canard enchaîné en publie ce matin plusieurs extraits. Ce document a coûté 200 000 francs au département. Un rapport consacré à la coopération francophone et qui aurait demandé huit mois de travail à son auteur."

Selon Le Canard enchaîné, ce rapport de 36 pages truffé de fautes, sans grand intérêt, a été grassement payé 200 000 francs par le conseil général de l’Essonne à l’épouse d’un homme politique, en l’occurrence le maire de Paris, Jean Tiberi. Ce qui pose une interrogation légitime sur la réalité du travail fourni. Et ce d’autant plus que quelques mois plus tard, en novembre 1996, Libération révèle que le plan et quelques phrases sont "empruntés" à un livre publié quelques années plus tôt.

L’affaire rebondit en octobre 1999 avec le procès de Xavier Dugoin, dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs du conseil général de l’Essonne, qu'il dirigeait. Et parmi les trois cas, celui de Xavière Tiberi. Hélène Jouan sur France Inter : "Hier Xavier Dugoin affirmait : 'C'est à la demande personnelle de Jean Tiberi que j'ai employé sa femme'. 'Faux, rétorque aujourd'hui Xavière Tiberi, c'est moi qui a proposé par téléphone, et sans en parler à Jean, ma candidature'. La femme du maire a expliqué avoir beaucoup travaillé son rapport au point de 'délaisser [son] mari'. 'J'ai consulté des atlas, le Larousse'..."

Le député Fillon appelle à l'exemplarité

Dans la foulée, certains cadres du RPR lâchent les Tiberi et l’un d’entre eux se fait particulièrement chevalier blanc. On est donc en octobre 1999, le même jour : "C'est affaire est devenue une affaire politique nationale qui est en train d'empoisonner la vie du RPR. Moi, je ne veux plus que les militants du Rassemblement aient honte de leur mouvement. Je veux que la commission d'éthique du RPR soit réunie et qu'elle statue. Les élus du Rassemblement doivent être exemplaires." Une déclaration signée François Fillon.

La procédure visant Xavière Tiberi avait  finalement été annulée en janvier 2001 pour vice de forme. Reste la tâche morale et la question de l’exemplarité, mise en avant avec beaucoup de justesse par François Fillon il y a 18 ans.

Xavière Tiberi à Paris le 7 novembre 1996
Xavière Tiberi à Paris le 7 novembre 1996 (GERARD FOUET / AFP)