Histoires d'info. Les beaux perdants : Merlene Ottey, celle qui ne gagna jamais l’or olympique

écouter (3min)

Ils ont subi un ou des échecs et ils ont été célèbres. Thomas Snégaroff nous fait revivre les moments les plus épiques de leur vie. La Jamaïcaine Merlene Ottey est un peu l'éternelle perdante des courses de sprint.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Merlene Ottey, sprinteuse jamaïcaine. (OLIVIER MORIN / AFP)

L’Américaine Gail Devers a gagné la finale du 100 mêtres féminin des Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 mais d’extrême justesse. Il faudra du temps pour déterminer que la Jamaïcaine Merlene Ottey n’est que seconde, dans le même temps, 10’94 que l’Américaine. Une fois encore, la médaille d’or passait sous le nez de la sprinteuse jamaïcaine. Si nous disons une fois encore, c’est que c’est une véritable malédiction olympique qui frappe l’une des plus grandes athlètes de son temps. Pourtant tout avait commencé brillamment pour elle. En 1980, lors des Jeux olympiques de Moscou, à tout juste 20 ans, elle remporte la médaille de bronze du 100 mêtres, et celle qui rêvait de se couvrir d’or pour le reste de sa carrière reçut en fait le surnom de "reine de bronze", ce qui est, vous le concèderez, moins éclatant.

Merlene Ottey est aujourd’hui l’athlète féminine ayant gagné le plus de médailles olympiques : neuf, ce qui en dit long sur son talent et sa longévité. Mais aucune de ces médailles n’est en or, trois en argent, les six autres en bronze. Quant au championnat du monde, là elle aussi entre malchance, concurrence intouchable, et mental friable, elle va mettre un temps fou à monter sur la plus haute marche du podium. À 33 ans, lors des Championnats du monde de Stuttgart en 1993, Ottey échoue pour quelques millièmes en finale du 100m. Quelques jours plus tard, a lieu la finale du 200 mêtres  où une médaille d’or est enfin pour Ottey, mais trois ans plus tard aux Jeux olympiques d’Atlanta, Marie-Jo Pérec prendra sa revanche sur celle qui restera éternellement la maudite olympique.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.