Histoires d'info. Les beaux perdants : Lizzy Magie, la double perdante du Monoply

écouter (3min)

Ils ont subi un ou des échecs et ils ont été célèbres. Thomas Snégaroff nous fait revivre les moments les plus épiques de leur vie. Mercredi, Elizabeth Magie, qui a inventé au début du XXe siècle un jeu qui dénonçait le monde du capitalisme et dont les droits ont été achetés contre une somme dérisoire par une société éditrice. Un jeu qui deviendra le Monopoly, avec un succès mondial.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le plateau et des accessoires du Monopoly. Photo d'illustration. (MLADEN ANTONOV / AFP)

En mai 1985 se tiennent les championnats de France de Monopoly. Tout le monde  connaît ce jeu , mais tout le monde ne connaît pas la véritable histoire du Monopoly. Une histoire où il y a un gagnant, la société Parker, éditrice du célèbre jeu, et une victime, une femme effacée de l’histoire de ce jeu, faussement attribué à "un Américain après la crise de 29". Cet Américain, c’est Charles Darrow un chômeur qui jouait à une version d’un jeu créé en réalité en 1904 par une Américaine rebelle anticapitaliste répondant au nom d’Elizabeth Magie.

Cette version initiale du jeu, qui ressemble beaucoup à votre Monopoly actuel, visait à dénoncer un système qui étrangle les locataires et fait triompher les plus riches. Dans les années 1930, la société Parker va tout de même remonter à l’origine du jeu et racheter le brevet à Elizabeth Magie pour une somme ridiculement faible. Plus faible même que toutes les dépenses qu’elle avait consenties pour inventer le jeu !

Effacée de l’histoire, Lizzy Magie est même doublement perdante quand on voit ce qu’est devenu le Monopoly. Loin de dénoncer le capitalisme, il a été pour des millions de gens et notamment d’enfants une sorte de centre de formation dans un jeu où celui qui gagne c’est le propriétaire le plus riche, qui a réduit les autres à la misère…

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.