Cet article date de plus de neuf ans.

Les peuples nomades de la préhistoire en Haute-Asie

écouter
En compagnie d'Yves Coppens Marie-Odile Monchicourt nous propose pour "Histoire d'Homme", un formidable voyage dans l'espace et le temps... C'était il y a environ 3.000 ans, quelque part en Mongolie, des hommes gravaient dans la pierre des œuvres d'art qui aujourd'hui font l'objet de très belles expositions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Depuis plusieurs années  la République de Mongolie et la Principauté de Monaco coopèrent dans le domaine de la recherche archéologique.

"La Mongolie est marquée par plus de 3000 ans de civilisations nomades. Au cours des trois dernières années, le seul site de Tsatsiin Ereg s'est révélé d'une richesse exceptionnelle avec la découverte de 50 nouvelles stèles ornées et d'une vaste zone montagneuse parsemée de roches gravées de pétroglyphes. Aujourd'hui, le nombre de ces magnifiques stèles gravées de cervidés s'élève à 44 sur les 2 km2 étudiés par la mission. Les prospections menées sur un rayon de 10 km autour de Tsatsyn Ereg ont permis de dénombrer une soixantaine de monuments ornés".

Jusqu'au 27 mai 2013, le Musée de la Préhistoire Régionale de Menton présente une exposition sur le thème : " Nomades d'hier et d'aujourd'hui. Voyage au cœur des steppes de Haute-Asie " . L'exposition, proposée par le Musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco, est une première nationale.

"Cette exposition est le fruit du travail de la mission archéologique Monaco-Mongolie. Au cours de leurs fouilles, les archéologues ont mis à jour des stèles gravées, appelées " pierres à cerfs ", animal étroitement lié aux croyances mongoles. Les stèles, très présentes en Mongolie, sont datées entre le IIe et le Ier millénaire avant J-C. Leur signification reste encore floue pour les spécialistes, qui émettent l'hypothèse d'un symbole funéraire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.