Matthieu, 23 ans : "Ce qui va me faire trancher, c'est le débat d'entre-deux tours"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-30 ans. Jeudi 14 avril, rencontre avec Matthieu, 23 ans, qui a voté pour Valérie Pécresse au premier tour de l'élection présidentielle. 

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Matthieu, 23 ans, en contrat d'alternance dans une banque dans les Hauts-de-Seine. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Matthieu, 23 ans, est en contrat d’alternance dans une banque dans les Hauts-de-Seine. Il fait partie des 2% des moins de 24 ans à avoir voté pour Valérie Pécresse, candidate Les Républicains, au premier tour de l’élection présidentielle. Pour le second tour, il hésite entre Emmanuel Macron et le vote blanc.

"C'est la politique du moins pire"

En tant qu'électeur de Valérie Pécresse, Matthieu regrette les résultats du premier tour : "On se retrouve soit au centre, soit à l'extrême-droite. Il n'y a plus de troisième voie que ça soit à droite ou à gauche. C'est compliqué." Selon lui, Éric Zemmour "a ouvert la fenêtre d'Overton et a dédiabolisé Marine Le Pen. Il en a fait une candidate parmi les candidates", estime-t-il. 

Pour le second tour, Matthieu hésite entre le vote blanc et le vote Emmanuel Macron. "C'est un choix délicat. Si je vote Emmanuel Macron, c'est la politique du moins pire. Ce n'est pas mon candidat. C'est souvent comme ça", souffle-t-il. Mais un élément peut l'aider à faire son choix : "Ce qui va me faire trancher, c'est le débat de l'entre-deux tours", dit Matthieu.

Je ne pourrais pas voter pour Marine Le Pen. C'est soit blanc, soit Macron.

Matthieu, 23 ans

Pour le jeune homme, hors de question de donner son vote à Marine Le Pen. "Son parti a une histoire et elle veut démanteler les éoliennes. D'un point de vue économique, je ne pense pas que son programme soit bon pour la France".

"Je vais voter aux législatives"

Même si Valérie Pécresse a indiqué qu'elle votera "en conscience Emmanuel Macron pour empêcher l’arrivée l’arrive au pouvoir de Marine Le Pen et le chaos qui en résulterait", Matthieu se donne le droit de ne pas la suivre. "Je pense que c'est important de douter jusqu'à ce qu'on soit dans l'isoloir. C'est important que chacun fasse son choix en âme et conscience et que ce soit dans l'individualité qu'on forme le collectif".

Matthieu compte désormais sur les prochaines élections législatives : "Je vais voter. Je pense que ça sera le troisième tour. Cela va aussi continuer dans la rue, pas à titre personnel mais je pense que des 'gilets jaunes' sont déjà en train d'allumer leur barbecue et de mettre leurs braises sur le feu", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.