Loup, 29 ans : "Être ensemble, c'est refuser ce qu'on nous propose quand on essaye de nous monter les uns contre les autres"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-30 ans. Jeudi 2 décembre, rencontre avec Loup, une jeune artiste calaisienne de 29 ans engagée auprès des réfugiés. 

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Loup, 29 ans, artiste calaisienne engagée auprès des réfugiés. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Direction Calais pour rencontrer Loup, jeune artiste calaisienne de 29 ans. Au bord du canal, entre les tentes où vivent des réfugiés, elle a dessiné une immense fresque avec les visages des réfugiés, des calaisiens et des associatifs qu'elle a rencontrés. Loup est une enfant de Calais qui a grandi avec les exilés. C’est ce qui a fait, en partie, ce qu’elle est devenue aujourd’hui : une dessinatrice, une militante et même une conseillère municipale d’opposition.

"J'ai grandi à Calais et j'ai vu la ville se barricader"

En réalisant des documentaires, des photographies, des illustrations et aussi de la musique, Loup essaye de raconter une autre histoire que celle des drames, des chiffres et des tristes bilans. "Il y a un vivre ensemble et une fraternité qui existe et j'essaye de renforcer ça en tant qu'artiste. Cette situation de l'exil et de la migration c'est quelque chose que je connais depuis mon enfance. Je me suis demandée comment je pouvais utiliser la création artistique pour dire quelque chose et témoigner". Loup veut remettre en question la politique sécuritaire. "J'ai grandi ici, j'ai vu la ville se barricader et ça ne sert à rien. Cela ne crée pas de richesse ni d'emploi".

Loup a aussi franchi le cap de la politique. Elle s'est présentée sur la liste d'Europe Ecologie Les Verts aux municipales et aux sénatoriales. Aujourd'hui, elle est conseillère municipale au sein du groupe d'opposition de gauche "Respirer Calais". Si elle a décidé de s'engager également en politique, c'est parce qu'elle s'est "rendu compte qu'il y avait beaucoup de gens qui comptaient sur cette parole. À Calais, il y a eu un naufrage et on ne parle que des passeurs alors qu'il y a d'abord un problème d'accueil et de violence quotidienne envers les personnes. C'est à vomir, ça me met en colère".

"Au second tour je n'irai pas voter pour Emmanuel Macron"

Loup dénonce une politique "qui ne marche pas et qu'on continue de mener". La jeune artiste regrette que "l'union soit si difficile à créer à gauche. Les gens sont confus et j'en fais partie. Je ne sais pas trop où me placer. À Calais je ne suis plus encartée car je trouve qu'on doit dépasser ces clivages partisans.

En 2022, Loup est "certaine" de voter au premier tour. "Au second tour je n'irai pas voter pour Emmanuel Macron. On doit refuser tout ça. Être ensemble, c'est déjà refuser ce qu'on nous propose quand on essaye de nous monter les uns contre les autres".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.