Cet article date de plus d'un an.

La King's League : "Une compétition de football qui plaît énormément à l’audience de Twitch, TikTok et Youtube", souligne Laure Valée

En Espagne, un nouveau mode compétitif de football fait fureur, il s’agit de la King’s League, un format imaginé par l'ancien footballeur, Gérard Piqué.
Article rédigé par Maureen Suignard
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
L'ancien footballeur espagnol et président de la King's League, Gérard Piqué au centre avec son père, montrent une carte lors de la 6è journée de match de la King's League au stade El Cupra Arena de Barcelone, le 12 février 2023. (PAU BARRENA / AFP)

Direction le sud, l'Espagne aujourd'hui, puisqu'une compétition de foot a vu le jour cette année avec un nouveau format. Et elle remporte beaucoup de succès. Il s'agit de la King's League, un format imaginé par un certain Gérard Piqué, l’ancien défenseur du Barça et de la Roja. Les précisions de notre consultante esport, Laure Valée. 

franceinfo : Comment fonctionne cette compétition qui visiblement fait fureur ? 

Laure Valée : Absolument, il s’agit d’une compétition de football qui se joue à 12 équipes, en sept contre sept, un terrain réduit, et la possibilité d’inviter un joueur chaque semaine. Ce nouveau moyen de jouer au foot plaît énormément à l’audience de Twitch, TikTok et Youtube qui peuvent la regarder gratuitement chaque semaine.

Durant la semaine de lancement, la première diffusion recensait 8 millions de vues, et la chaîne Twitch compte déjà plus d’un millions d’abonnés. On y retrouve beaucoup de légendes du football et stars d’Internet comme Ronaldinho ou encore Ibai Llanos, streamer sur Twitch, et associé de Piqué sur l’équipe esport Koi depuis un an.


Des règles qui diffèrent donc du football classique et qui sont inspirées de l’esport ? 

Absolument, le but étant de garder la base du football en rendant le jeu plus dynamique ou différent tout simplement. Avant chaque rencontre, les capitaines peuvent tirer l’une des cinq cartes suivantes : penalty instantané, voler la carte de l’adversaire, retirer un joueur adverse pendant deux minutes, but compte double pendant 4 minutes, et enfin la "carte en or" qui est l’élément le plus fou de cette compétition, et qui peut complètement renverser une partie : elle consiste en un joker, que l’on peut utiliser n’importe quand dans le match, pour imposer un malus à l’adversaire ou bien se donner un bonus.

Quel est l'avenir, le futur de ce genre de divertissement ?

Gérard Piqué dit lui-même que la King’s League fait peur au football traditionnel. Elle est très dynamique, pleine de rebondissements tout en gardant l’essence du football. L’ancien joueur pense d’ailleurs déjà à une Queen’s League, version féminine donc, et également à amener du public en stade pour profiter des rencontres. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.