Cet article date de plus de sept ans.

Se mettre à la place de l'autre

écouter (5min)
L'écrivain franco-libanais, Amin Maalouf retrace son parcours dans la revue XXI : de son enfance au Liban, ses débuts comme journaliste, son départ pour la France en 1976, un an après le début de la guerre civile, à ses succès d'essayiste et de romancier en France.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Amin Maalouf  © Revue XXI)

 Interviewé par les deux journalistes Maxime Amieux et Myriam Blal, Amin Maalouf explique en quoi sa double culture et la tradition d'émigration de sa famille, l'ont amené à toujours se mettre à la place des autres. Ce regard attentif vers autrui est aujourd'hui une nécessité selon lui, pour essayer d'établir des relations harmonieuses. "C'est le début de la sagesse" , explique l'auteur de Léon l'Africain.

 

La question du vivre ensemble est essentielle dans l'œuvre d'Amin Maalouf. Elevé dans un Liban divisé en communautés, il a grandi avec la conscience d'appartenir à une minorité, celle des catholiques melkite et maronite. Face à la mondialisation, il estime que "nous sommes chacun devenus les minoritaires des autres" et que "de fait, personne ne peut plus considérer qu'il peut tout dicter ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.