Cet article date de plus de sept ans.

Les nouvelles mesures pour prévenir les cas de pédophilie à l'école

écouter (15min)
Suite aux récentes affaires de pédophilie à l'école, un texte voté ce mercredi à l'Assemblée nationale prévoit de signaler à l'Éducation nationale toute personne ayant des antécédents judiciaires graves et travaillant en contact avec des mineurs. Au micro de France Info junior, des élèves de sixième posent leurs questions sur les pédophiles.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Le texte adopté par l'Assemblée prévoit que toute personne condamnée pour un délit à caractère sexuel sur des mineurs soit signalée à l'Education nationale © MaxPPP)

Fin mars, une affaire de pédophilie retentissait, poussant le gouvernement à prendre des mesures. Un directeur d’école à Villefontaine en Isère était alors mis en examen pour le viol de 11 élèves. Il avait déjà été condamné en 2008 pour détention d'images pédopornographiques mais l'Éducation nationale n'en avait rien su. Début mai, suite à un rapport d'enquête sur deux cas de pédophilie à l'école, la ministre Najat Vallaud-Belkacem et sa consœur de la Justice, Christiane Taubira, avaient alors annoncé un projet de loi pour éviter ce genre de dysfonctionnements et assurer une meilleure transmission d'informations au sujet de personnes condamnées.

Une meilleure transmission d'informations

Ces amendements ont été votés mercredi soir à l'Assemblée nationale et doivent être étudiés en Commission paritaire mixte avant d'être définitivement adoptés dans le courant de l'été. Le texte déposé prévoit notamment que les informations sur des personnes condamnées pour des infractions graves (viols, agressions sur mineurs,...) soient transmises à l’Éducation nationale et aux organisations qui travaillent avec des enfants (institutions privées, associations...). Selon le texte en l'état, en cas de condamnation, de renvoi devant une juridiction ou de mise en examen, cette transmission sera obligatoire, mais lorsque la procédure en est au stade de l'enquête, elle est laissée à l'appréciation du parquet. Certains députés redoutent une mise en accusation injustifiée et trop en amont de professeurs ou d'agents au moment de l'enquête, encore en cours. Jusqu'à maintenant, seule une circulaire - peu appliquée - demandait une telle transmission d'informations sur les antécédents judiciaires d'agents. Selon le ministère de l'Éducation, cette nouvelle disposition sera effective à la rentrée prochaine.

Pour France Info Junior, avec leurs mots de collégiennes, Denissa, Nadra et Emma posent leurs questions sur ce sujet délicat de la pédophilie. Elles sont en cinquième au collège Lucie et Raymond Aubrac de Paris. Pour leur répondre, Gilles-Marie Valet, pédopsychiatre et auteur de 50 Règles d'or pour se faire obéir sans s'énerver publié chez Larousse.

À LIRE ►►► Pédophilie, s'informer, c'est se protéger, un dossier pour parents et enfants à consulter gratuitement sur le site du magazine 1jour1actu.

 
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.