franceinfo junior, France info

franceinfo junior. Mon métier : cavalier professionnel

À l'occasion du Longines Paris Eiffel Jumping, les enfants de franceinfo junior interviewent Mathias Hebert, cavalier et conseiller technique à la Fédération Française d’Équitation.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La cavalier Cedric Angot franchit un obstacle au FEI Jumping Nations Cup à Barcelone (Espagne), le 7 octobre 2018. Photo d\'illustration. 
La cavalier Cedric Angot franchit un obstacle au FEI Jumping Nations Cup à Barcelone (Espagne), le 7 octobre 2018. Photo d'illustration.  (JOSEP LAGO / AFP)

À partir de ce mercredi et jusqu'à dimanche 7 juillet, le Champ de Mars à Paris acueille le Longines Paris Eiffel Jumping, étape d'un rendez-vous équestre international. Au programme et en parallèle, un village d'animation propose des activités et des spectacles autour du cheval et de l'équitation. Mais au fait, comment se passe le métier de cavalier ? Pour en parler au micro de franceinfo junior, des élèves de CM1-CM2 de l'école des Capitelles à Orcemont (Yvelines). C'est le cavalier Mathias Hebert qui répond à leurs questions.

Enzo se met en selle le premier : "Faut-il des études partiulières pour être cavalier ?" Le spécialiste du sujet lui répond : "C'est une bonne question, répond Mathias Hebert. On ne peut vraiment dire qu'il y a des études particulières mais il y a des parcours à respecter. Il est possible de faire 'sport étude'. Des établissements proposent à la fois d'avoir un parcours scolaire et un parcours équestre et de se préparer au métier de cavalier. C'est un métier de sportif avec les aléas qu'on connait : il y a beaucoup d'appelés mais peu d'élus. On encourage les jeunes athlètes à avoir un parcours scolaire de qualité pour préparer l'avenir." Un cursus "sport étude" qui peut commencer dès la classe de quatrième.

Six mois pour bien connaître un cheval

Rose veut savoir si c'est un métier dangereux et pour quelles raisons. "C'est un sport en présence d'un animal, il y a forcément une petite partie de risque mais comme dans tous les sports. On ne peut pas dire que ce soit dangereux hormis la présence de l'animal auquel il faut être attentif." Mais tout cela est encadré par des règles pour éviter les problèmes, répond l'invité. Rose à nouveau veut savoir combien de temps il faut pour que le cavalier et son cheval "s'entendent" bien. a c'est une excellente question Rose, commente Mathias Hebert. La relation, elle se construit au quotidien. On parle de 'couple' en compétition équestre. Certains se font tout de suite. Plus le cavalier passe de temps avec son cheval et plus la relation s'affine. Au bout de six mois, on commence à bien connaitre un cheval."

Vitesse moyenne de 60 km/h au galop

"À combien de kilomètre/heure va le cheval ?" se demande ensuite Giovanni. "Pour un cheval de course au galop, la vitesse moyenne est de 60 km/h. Il existe aussi des courses de trot, là on est plutôt sur des vitesses de 50 km/h. Le cheval a trois allures : le pas, le trot et le galop." Et les enfants peuvent-ils déjà aller au galop ? "La cavalerie est adaptée pour démarrer l'équitation. En deux ou trois séances, les enfants découvrent le galop", répond Mathias Hebert. Sur cette page, réécoutez en entier notre émission du jour sur les cavaliers. 

La cavalier Cedric Angot franchit un obstacle au FEI Jumping Nations Cup à Barcelone (Espagne), le 7 octobre 2018. Photo d\'illustration. 
La cavalier Cedric Angot franchit un obstacle au FEI Jumping Nations Cup à Barcelone (Espagne), le 7 octobre 2018. Photo d'illustration.  (JOSEP LAGO / AFP)