Cet article date de plus de dix ans.

Le tigre celtique a la peau dure

écouter (5min)
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Depuis 2004, la bonne santé économique de l'Irlande ne se dément pas. Peu de chômage, 4,3%, une croissance à plus de 5%. Le secret de l'Irlande, dit Xavier de Bustos, créateur de Nathema, sociétés de conseil en innovation à Dublin, c'est chez les premiers migrants qu'il faut le chercher. « Ils s’appelaient eux-mêmes les Noirs de l’Europe. Ils ont construit l’Angleterre et les Etats-Unis. Ils avaient ça en eux : l’esprit d’entreprise. Et depuis les années 95-96, cette chance qu’a eu l’Irlande, c’est de le faire à la maison ». Grandi à Jolivet, près de Lunéville en Meurthe-et-Loselle, diplômé de Science Po Strasbourg,
le jeune homme vit en Irlande depuis 2001, après une première expérience à l'international comme coopérant à Bruxelles pour le compte de la région Lorraine. A Dublin, dit Xavier, l'emploi est plus précaire qu'en France, on parle de "contractors", mais les salaires sont plus élevés, alors les banques, ce sont les plus riches d'Europe, n'hésitent
pas à prêter aux jeunes qui s'installent. « Ils achètent leurs appartement, leurs maisons à 24-25 ans, et parfois c’est des prêts à un million d’euros, alors qu’un couple gagne entre 50 et 60.000 euros à l’année. » 200.000 Polonais sont arrivés en un an en Irlande. Les routes et les voies ferrées sont obsolètes. Le pays manque de bras, de plombiers, d'électriciens, de maçons, de peintres en bâtiment, et de spécialités plus pointues dans l'industrie médicale. « C’est en Irlande qu’on développe le plus de « stems » dit Xavier, ces petits ressorts qu’on met dans les artères après une crise cardiaque pour éviter un affaissement de l’artère. 70 ou 80% de la production sont faits en Irlande. Toutes les grosses sociétés pharmaceutiques et d’appareils médicaux sont donc basées en Irlande et recrutent beaucoup ». Xavier de Bustos vit au bord de la mer, dans le sud de Dublin, avec sa femme, une avocate irlandaise rencontrée à Bruxelles, et leurs deux enfants. Fan de jeux vidéos, en particulier les jeux de rôle, il reconnaît passer quelquefois la nuit sur sa console.

Aller plus loin

Lui écrire

Sa société, Nathema (en anglais)

Vivre à l'Etranger Le magazine européen de la mobilité internationale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.