Cet article date de plus de neuf ans.

Il fait son trou à Montréal

écouter (5min)
A 40 ans, Arnaud Proust, archétype du « self made man », s’est fait un nom au Québec dans l’intégration de logiciels de gestion au sein des PME.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Il n’a pas fait de vieux os à l’école. Arnaud Proust, né à Boulogne-sur-Mer et grandi à Amiens, dans la Somme, a quitté le lycée en seconde, pour aller créer avec son père une grande surface de mobilier « Mobis » à Rouen, en Normandie. « On a tout démarré de A à Z, se souvient Arnaud, 18 ans à l’époque, il a fallu gérer tous les travaux, le recrutement du personnel. J’avais une passion très limitée pour les études, ça m’a permis d’y échapper ». Au bout de deux ans, le magasin fait faillite. Arnaud se retrouve sur le carreau puis trouve un job de commercial pour vendre des encarts publicitaires, puis créée, à nouveau avec son père, une société informatique de logiciels de gestion pour les mairies. Puis un magazine, « Buy in France », destiné aux Anglais qui commençaient à acheter les propriétés du Touquet et de Picardie. Nouvel échec au bout d’un an et demi. Arnaud Proust ne renonce pas. « Je n’avais pas les moyens de mes ambitions, reconnaît le garçon. Je me suis dit que c’était important d’aller apprendre le métier, me faire mon expérience. » Il tombe alors sur une petite annonce des « Pages Jaunes » dans le Figaro, pour un poste de cadre commercial. Nouveau départ au bout de trois ans : Arnaud est engagé en 1994 comme chef des ventes par « Sybel Informatique », important éditeur de logiciels, racheté plus tard par son concurrent « Saari », filiale du géant anglais « Sage ». Il part chez un revendeur, « Cyborg ». Neuf ans plus tard, Arnaud Proust est devenu responsable marketing. La société est passée de 20 à 450 employés, et le jeune homme cherche un nouveau défi. Il se souvient alors du rêve de ses 20 ns, partir au Québec monter sa société. « J’ai dit à ma femme que c’était le dernier moment où on pouvait faire ce choix de vie. On n’avait pas encore d’enfant. Elle a dit banco ! ». Nous sommes fin 2004. Après quelques mois d’exploration et d’études de marché à Montréal, Arnaud lance « Percy Miller Inc. » en hommage à son arrière-grand-père écossais parti tenter sa chance aux Etats-Unis en 1912, après être passé par la France pour assurer sa descendance. La société met en relation les éditeurs de logiciels (Microsoft, Sap, Oracle…) et les PME. « La difficulté pour une entreprise, c’est de faire le bon choix technologique et budgétaire. Notre approche est en face-à-face avec le directeur financier ou informatique de notre client, avec qui on va échanger sur le paramétrage du logiciel le plus adapté. » En deux ans, Percy Miller Inc. est passé de 5 à 40 employés, et gère 600 projets par mois, essentiellement en Europe, le marché que connaît le mieux Arnaud Proust, 40 ans. Mais depuis l’an dernier, le petit « Frenchie » se lance à l’assaut du marché américain.

Lui écrire

Aller plus loin

Percy Miller Inc. est une société de conseil spécialisée dans la gestion de projets autour du système d'information
des PME et des entreprises du middle-market. Forts d'une expérience de plus de 15 ans dans ce domaine, les consultants Percy Miller ont développé une expertise et un savoir-faire unique pour vous accompagner au mieux dans votre recherche de solutions de gestion.

Retrouvez ce portrait dans Courrier Cadres, en kiosque, le mensuel des cadres acteurs de leur vie professionnelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Français du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.