Français du monde, France info

Français du monde. Olivier Cadic, européen, libéral et… frondeur

Chef d'entreprise à succès dans l'électronique puis la BD, installé dans le Kent, Olivier Cadic se présente comme le premier exilé fiscal français.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
\" Nous manquons de main d’œuvre pour faire fonctionner les usines du sud-est du Royaume-Uni. \"
" Nous manquons de main d’œuvre pour faire fonctionner les usines du sud-est du Royaume-Uni. " (Photo DR)

Olivier Cadic a fêté l'an dernier ses 20 ans de présence en Angleterre. Il a fait sa vie ici, à Ashford, dans le Kent, à deux heures de Paris en Eurostar. Il ne le souhaite pas, mais si les négociations aboutissent à un Brexit dur, il partira, comme beaucoup de Français, à regret. "Il ne faut pas oublier que ce sont des Britanniques qui m'ont donné envie de m'installer à Londres. A l'époque, ils m'ont vendu le Royaume-Uni dans l'Union européenne. Il ne fut pas qu'ils soient surpris qu'un certain nombre d'Européens partent avec leurs affaires. Je ferai comme eux. Je n'attendrai pas que la porte soit fermée pour demander la permission de sortir."

Et de rappeler que le Royaume-Uni constitue depuis cinq ans au moins le premier excédent commercial de la France, qu'Olivier Cadic a donc quittée en 1996 pour déplacer en Angleterre le siège de sa société spécialisée dans l'électronique. "C'était une des premières confrontées à la mondialisation, du fait de l'écart des charges sociales entre la France et la Grande-Bretagne. Elle serait restée en France, elle aurait disparu."

Une idée géniale


Une fois traversé le Channel, le Français lève 10 millions d'euros, oriente sa société vers Internet (dont ce sont les balbutiements) et la vend. Il se tourne vers une autre passion : la BD. Il a l'idée géniale d'acheter les droits des albums des plus grands auteurs franco-belges, de les traduire en anglais, de les imprimer et de les vendre dans le monde entier, des États-Unis à l'Australie en passant par l'Afrique du Sud. Le succès est immédiat et ne se dément pas: il a dépassé aujourd'hui le million d'albums vendus.
"Cela va de Lucky Luke à Largo Winch en passant par Black et Mortimer, Thorgal ou Boule et Bill,précise-t-il. Ce qui va bien marcher cette année c'est sûr, c'est Valérian car un film va sortir, inspiré de la BD. Au total, on a 53 séries".
Olivier Cadic est devenu le 1eracheteur de droits de bande dessinée au monde.

Olivier Cadic
Olivier Cadic (DR)

Un métro transmanche

Depuis 2014, Olivier Cadic a effectué 168 déplacements dans 53 pays en 27 mois ! Il se partage aujourd'hui entre son job de chef d'entreprise dans le Kent et le reste du monde. Signe que tout ne va pas si mal en Grande-Bretagne, il a réussi avec d'autres à faire ouvrir plus de 1.500 places supplémentaires dans les écoles françaises de Londres.

Le début du projet remonte à 2006, au moment de son arrivée à la présidence de l'UFE. "A l'époque, se souvient-il, nous n'avions qu'un seul établissement, le lycée Charles de Gaulle, qui était plein à craquer. On a réussi à lever des fonds et à en ouvrir un deuxième à Camden, puis un troisième à Wembley. L'an dernier, il n'y avait plus de problème de liste d'attente, tout le monde a pu trouver une place. Du coup, cela a créé une émulation et des écoles privées sont aussi arrivées." 

L'un de ses grands projets, et c'est sérieux, serait de construire un métro transmanche, entre Calais et le Kent. "A Calais, le chômage atteint 20 % alors qu'il est de 4% seulement à Ashford. Nous manquons de main-d’œuvre pour faire fonctionner les usines du sud-est du Royaume-Uni. Si on avait ce métro, en 35 minutes, ça donnerait du travail à des gens juste de l'autre côté d'un grand fleuve finalement." Le dossier est bien avancé mais se heurte jusqu'à présent au fameux mille-feuille administratif côté français. Olivier Cadic est persuadé qu'un jour ou l'autre il se réalisera.

\" A Londres, la loi du travail est plus souple : les travailleurs ont beaucoup moins de droits qu\'en France mais les employeurs sont moins stressés pour embaucher. \"
" A Londres, la loi du travail est plus souple : les travailleurs ont beaucoup moins de droits qu'en France mais les employeurs sont moins stressés pour embaucher. " (Photo DR)

Aller plus loin

Retrouvez ce portrait dans La Voix de France, le magazine de l'Union des Français de l'étranger

Son site internet Olivier Cadic.com

\" Nous manquons de main d’œuvre pour faire fonctionner les usines du sud-est du Royaume-Uni. \"
" Nous manquons de main d’œuvre pour faire fonctionner les usines du sud-est du Royaume-Uni. " (Photo DR)