Français du monde, France info

Français du monde. La double vie d’Estelle Nze Minko en Hongrie

Joueuse professionnelle de handball au sein du club mythique de Györ, l’arrière des Bleues est aussi femme d’affaires puisqu’elle vient de lancer sa collection de "boxes" surprises, faites par des femmes et pour des femmes. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Estelle Nze Minko à Györs. \"quand ils m’ont contactée, je ne pouvais simplement pas dire non\"
Estelle Nze Minko à Györs. "quand ils m’ont contactée, je ne pouvais simplement pas dire non" (Photo Nze Minko)

À l’occasion du week-end spécial sport féminin sur les chaînes de Radio France, portrait d'une joueuse professionnelle de handball, Estelle Nze Minko, du club phare hongrois de Györ. Estelle est aussi femme d'affaires et de lancer sa collection de "boxes" surprises. 

À 1h20 de route à l’ouest de Budapest, Györ, c’est la Mecque, le Graal, pour toute joueuse internationale de handball comme Estelle Nze Minko, qui a intégré l’équipe mythique en juillet dernier. C’est la troisième Française à rejoindre le géant hongrois : "C’est le club qui a remporté la Ligue des champions sur ces deux dernières années, le club phare de la Hongrie, donc quand ils m’ont contactée, je ne pouvais simplement pas dire non."

Estelle Nze Minko (tout à gauche) et une partie de l\'équipe féminine de handball de Györ : \"Le handball est un sport très facile d’accès pour le grand public, un engouement populaire aussi en termes de ville\" 
Estelle Nze Minko (tout à gauche) et une partie de l'équipe féminine de handball de Györ : "Le handball est un sport très facile d’accès pour le grand public, un engouement populaire aussi en termes de ville"  (Photo Nze Minko)

Née près de Nantes, sacrée championne du monde en Allemagne en 2017

Championne du monde en 2017 et à l’Euro en 2018 avec l’équipe de France, médaillée d’argent aux JO de Rio en 2016, la Française âgée de 29 ans vit en réalité depuis un peu plus de trois ans en Hongrie, recrutée par un premier club avant Györ.

"Il y a moins de sports qui sont développés en Hongrie, ce qui permet de recentrer les médias. C’est un sport très facile d’accès pour le grand public, un engouement populaire aussi en termes de ville. À Györ, on a une salle d’à peu près 5 500 personnes, quasiment pleine tous les week-ends, il y a vraiment un grand succès autour de l’équipe."

Estelle Nze Minko avec l\'équipe de Györ. \"On a une salle d’à peu près 5 5oo personnes, quasiment pleine tous les week-ends\"
Estelle Nze Minko avec l'équipe de Györ. "On a une salle d’à peu près 5 5oo personnes, quasiment pleine tous les week-ends" (Photo Nze Minko)

Une collection de coffrets surprises

Quand elle n’est pas à l’entraînement sur les parquets, au minimum 4 heures par jour, week-end compris, Estelle Nze Minko, diplômée en communication, passionnée de musique et de chant, est aussi cheffe d’entreprise. Elle vient en effet de lancer une collection de boxes, des coffrets surprises, comme ceux que l’on trouve sur les présentoirs des grandes surfaces, mais avec un concept revisité :

"J’ai constaté que sur le marché français, la plupart des boxes qu’on dit féminines étaient en fait essentiellement dédiées au maquillage ou aux produits de beauté, et j’ai voulu en fait revisiter ce concept de box et apporter plutôt de la culture autour de la féminité, qui sorte un peu du cliché femme/beauté."

À l’intérieur, cinq produits liés au design, à l’illustration, à l’art ou aux livres. Son premier coffret a été vendu à 200 exemplaires.

Estelle Nze Minko pose avec sa \"box\" : \"Je pilote ça depuis la Hongrie, explique-t-elle, mais en fait je travaille avec un entrepôt français\"
Estelle Nze Minko pose avec sa "box" : "Je pilote ça depuis la Hongrie, explique-t-elle, mais en fait je travaille avec un entrepôt français" (Photo Nze Minko)

Avec la deuxième, qui sort ces jours-ci, elle vise les 250. "Je pilote ça depuis la Hongrie, explique-t-elle, mais en fait je travaille avec un entrepôt français. Moi, je démarche les créatrices, en fonction des projets qui m’intéressent. La clientèle que je cherche à toucher via mes boxes n’est pas du tout celle qui me suit en tant que sportive."

Un euro sur chaque coffret vendu est reversé à une association de défense des droits des femmes.

Pour Estelle Nze Minko, cette double vie était une évidence. "Je suis quelqu’un qui a besoin de se sentir exister aussi dans d’autres domaines d’activités. J’ai besoin de me stimuler intellectuellement. J’ai besoin de me prouver certainement à moi-même que je peux faire des choses et porter des valeurs que je ne peux pas forcément porter dans mon sport. Je considère que j’ai plusieurs facettes et ça me permet d’en exploiter plus d’une via mon projet."

Son prochain défi, côté terrain, ce seront les JO de Tokyo cet été, avec les Bleues.    

Estelle Nze Minko et sa box : \"J’ai voulu en fait revisiter ce concept de box et d’apporter plutôt de la culture autour de la féminité qui sorte un peu du cliché femme beauté\"
Estelle Nze Minko et sa box : "J’ai voulu en fait revisiter ce concept de box et d’apporter plutôt de la culture autour de la féminité qui sorte un peu du cliché femme beauté" (Phoho Nze Minko)

Aller plus loin 

The V Box, le coffret 100% féminin d'Estelle Nze Minko

Retrouvez cette chronique sur le site, l'appli et le magazine de la mobilité internationale "Français à l'étranger.fr"

Estelle Nze Minko à Györs. \"quand ils m’ont contactée, je ne pouvais simplement pas dire non\"
Estelle Nze Minko à Györs. "quand ils m’ont contactée, je ne pouvais simplement pas dire non" (Photo Nze Minko)