Cet article date de plus de huit ans.

Et si on échangeait nos maisons ?

écouter (5min)
Né en Lorraine, Paul Charoy ne jure que par l'Amérique du Nord. En 2013, il a tout plaqué à Paris pour monter son agence de communication à Montréal. Il compte parmi ses clients le site "Trocmaison.com". Crise ou pas, la formule fait de plus en plus d'adeptes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (©)

Paul
Charoy a pris son temps. Il ne s'est lancé dans l'aventure qu'en
septembre. Mais le Français de Montréal ne le regrette pas.
"J'avais opté pour un appartement près de Boston, j'ai passé
un formidable week-end. Les gens avec qui j'ai échangé mon logement
étaient formidables.
" Il faut dire que depuis début 2013, Paul Charoy a en charge la communication et le marketin de TrocMaison, l'un des principaux sites internets d'échanges de maisons. 

"Tout est basé sur la confiance réciproque, explique-t-il,
"je suis chez toi pendant que tu es chez moi.
Si vous
voulez que les gens fassent attention à votre maison, vous ferez de
même chez eux.
" Pour une centaine d'euros par an, le site
propose près de 50.000 annonces en ligne, dans presque tous les pays
du monde. Le Canada est le 5ème. Ici comme ailleurs, on rêve de la
France et de Paris. "On aide les gens à se connaître, vous
allez d'abord échanger par email, vous envoyer des photos
supplémentaires, vous téléphoner et vous laisser de petits cadeaux
à l'arrivée dans les maisons. Les gens laissent aussi un
"book" sur leurs petites habitudes
." Bref,
vivre comme un habitant et pas comme un touriste.

Patience et humilité


Paul
Charoy vit depuis 3 ans à Montréal. Après un an passé dans une
agence de pub à Chicago en 1999, il a toujours voulu revenir en
Amérique du Nord. "J'ai adoré leur façon de travailler,
plus mobile, plus rapide, on donne sa chance à tout le monde
."
C'est un peu de cette énergie qu'il a retrouvée au Canada, même si
l'agence de communication qu'il a montée commence seulement à
décoller. "Il faut être patient et humble dans un pays qu'on
ne connaît pas. C'est une grande leçon d'humilité !
" Mais
enfin,
ajoute Paul Charoy, 45 ans, un Québecois de mon âge
débarquant à Paris n'aurait pas pu faire ça ! Notre modèle
d'affaires,
résume-t-il, c'est de développer des produits français
au Canada, comme les moutardes Maille, et des biens et services du
Québec vers la France, comme les caisses Desjardins, la 1ère banque
du Québec qui cherche à se développer auprès des PME
françaises
."

Se soigner de l'hiver


Natif
de Lorraine, formé à l'Ecole du Louvre, spécialiste des dessins
anciens, le Français a bifurqué vers la communication juste après
un stage aux affaires culturelles de la ville de Paris. "Ensuite,
j'ai passé 25 ans à travailler dans des agences de pub, pour des
hommes politiques et des grandes marques comme Microsoft, Sofitel ou
l'Office de tourisme de Fontanebleau.
" A Montréal, Paul
Charoy vit avec son compagnon et leurs deux chats dans une petite
maison avec jardin, à deux pas du Mont-Royal, "comme Central
Park mais avec une colline !
". Il rentre chaque été en
France, dans la maison familiale de Porto-Vecchio en Corse, où il
reviendra peut-être passer ses vieux jours. Car à Montréal, "il
faut savoir se soigner de l'hiver québecois
!". Paul Charoy
rêve de s'offrir un pied à terre au soleil, à Miami ou au Mexique,
pour aller y vivre et y travailler pendant les mois les plus froids
ici.

Lui
écrire

Aller plus loin

Echanger sa maison ou son appartement sur TrocMaison,la version française de Homeexchange, le leader de l'échange de maison dans le monde. Le site français, qui donne accès à l'ensemble des offres du réseau international, est animé par le suisse William Heinzer. Le site a été créé en 2003.

Retrouvez ce portrait sur Vivre à l'Etranger.com, le site de la mobilité internationale du groupe Studyrama.com

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.