Français du monde, France info

Au chevet des hôpitaux de Hong Kong

Adrien Terras a créé sa société dans le digital il y a bientôt trois ans à Hong Kong. Arrivé un peu par hasard dans le "Port aux parfums", il vient de décrocher un contrat avec tous les hôpitaux de l’archipel.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Adrien Terras à Hong Kong. "Ici, c'est difficile de trouver des talents à embaucher" © DR)

Tout s’est joué sur un coup de dés. «On s’était dit avec ma compagne qu’on voulait voir du pays, raconte Adrien Terras, on avait choisi l’Asie, et c’est elle la première qui a trouvé un job, à Hong Kong. Donc on s’est installé ici. » Les débuts sont difficiles puis Adrien crée sa société dans le numérique, «Digitalin Consulting», en tant qu’auto-entrepreneur. «C’est difficile de trouver des talents à embaucher ici , témoigne-t-il. Les Français sont trop chers. Alors je prends des gens en free lance selon mes besoins. »

De fil en aiguille, et toujours par cooptation, le Français vient de décrocher un contrat pour donner un coup de jeune à l’image des 44 hôpitaux publics de Hong Kong. «Je travaille avec une partie du gouvernement à la fois pour mettre à la page les sites Internet des hôpitaux, créer des posters et des visuels pour leur communication interne, et des applications sur smartphone pour le top management. » Adrien n’a qu’une quinzaine de clients mais il a su créer avec eux une relation sur le long terme.

(Adrien Terras. "A Hong Kong Il faut arriver avec un capital important et prouver que son projet est solide" © DR)

Né près de Bordeaux, ingénieur en génie mécanique diplômé à Compiègne, le jeune homme de 34 ans a travaillé 7 mois chez Publicis à son arrivée à Hong Kong. Et si créer son entreprise ici se fait rapidement, la question des visas, en revanche, est plus compliquée. «C’est un vrai challenge, décrit Adrien Terras. Il faut arriver avec un capital important, moi ça a été 30.000 euros, et prouver que son projet est solide, qu’on apporte quelque chose à l’économie. Ils regardent vraiment dans le détail.» Hong Kong, ex-colonie britannique rétrocédée en 1997, occupe une place à part en Asie. Elle est devenue la plaque tournante du commerce dans la région.

Sa société Digitalin consulting 

Retrouvez ce portrait dans la Voix de France, le magazine de l'UFE, l'Union des Français de l'étranger

Retrouvez ce portrait dans La Tribune Bordeaux, l'actualité économique de la métropole

(Adrien Terras à Hong Kong. "Ici, c'est difficile de trouver des talents à embaucher" © DR)