Expos d’été, France info

Expos d’été. Dans les pas de l'art optique et cinétique

Expos d'été nous emmène à Aix-en-Provence et à Nice, pour découvrir des chefs d'oeuvres de l'art optique et cinétique et ses liens avec le cinéma.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
\"To be continued\", oeuvre du Suisse Philippe Decrauzat, présentée dans l\'exposition de la fondation Vasarely. 
"To be continued", oeuvre du Suisse Philippe Decrauzat, présentée dans l'exposition de la fondation Vasarely.  (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

Il y a eu foule pour la récente rétrospective Viktor Vasarely à Paris. Comme un prolongement, à Aix-en-Provence, la Fondation Vasarely, véritable temple de l'art optico-cinétique avec ses créations intégrées, présente 16 chefs d'œuvre optiques et cinétiques, issus de la collection du Centre Pompidou. Le mouvement est au cœur de chacune de ces pièces.


Michel Gauthier, commissaire de l'exposition. "Il y a des oeuvres qui bougent d'elles mêmes, grâce à un moteur, soit qui bougent avec le spectateur, soit qui sont instables visuellement, qui bougent, on a l'impression que l'image ne se fixe jamais".
Chronos 8 de Nicolas Schöffer fait partie des pièces mises en mouvement par un moteur.

Chronos 8, sculpture en acier de Nicolas Schöffer, une des oeuvres de l\'exposition \"La révolution permanente\" à la Fondation Vasarely.
Chronos 8, sculpture en acier de Nicolas Schöffer, une des oeuvres de l'exposition "La révolution permanente" à la Fondation Vasarely. (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

A Nice, au Mamac, le Musée d'art moderne et d'art contemportain, c'est la rencontre au début des années 60 entre l'art optique, alors très populaire, et le cinéma qui est au cœur de l'exposition 'Le diable au corps'. Hélène Guenin, directrice du Mamac. "Pendant près de dix ans, artistes et cinéastes vont se croiser autour d'enjeux communs. Le cinéma va regarder avec appétit cet art du mouvement, de la lumière, des jeux de trompe-l'oeil qui va lui permettre de faire un renouveau à l'écran, un esprit de modernité à l'écran".

Instabilité, une oeuvre d\'Yvaral, présentée dans l\'exposition \"Le diable au corps\" au Mamac à Nice. 
Instabilité, une oeuvre d'Yvaral, présentée dans l'exposition "Le diable au corps" au Mamac à Nice.  (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

Cette exposition très vivante présente 150 œuvres et documents ainsi que 30 films. Si Georges Lautner se moque de l'art cinétique dans l'œil du monocle, d'autres réalisateurs collaborent avec les artistes, comme Clouzot avec Yvaral et Joël Stein dans la Prisonnière et dans l'enfer. Jacques Demy intègre lui l'art optique dans Les Demoiselles de Rochefort.

Photo extraite des Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy. 
Photo extraite des Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy.  (MAMAC de Nice)

Un art participatif…qui séduit aujourd'hui les jeunes générations

\"To be continued\", oeuvre du Suisse Philippe Decrauzat, présentée dans l\'exposition de la fondation Vasarely. 
"To be continued", oeuvre du Suisse Philippe Decrauzat, présentée dans l'exposition de la fondation Vasarely.  (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)