Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... WikiLeaks

Après les révélations de WikiLeaks sur les écoutes des présidents français, France Info rappelle l’histoire ce site internet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Julian Assange le 6 décembre 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres©MAXPPP)

Le mot Wikileaks a une signification : site internet participatif (wiki) qui publie des documents top secrets provenant de fuites (leaks). Car "leaks" signifie "fuites" en anglais.

Le coup de tonnerre de 2010

WikiLeaks existe depuis en 2006, créé par deux hommes, l’Américain John Young et l’Australien Julian Assange.

Mais c'est en 2010 que WikiLeaks s'est fait connaitre du grand public en publiant des centaines de milliers de documents militaires et diplomatiques américains sur les guerres d'Afghanistan et d'Irak. Certains très compromettants, comme la vidéo d'un hélicoptère Apache qui tue par erreur 2 photographes de l'agence Reuters au sud de Bagdad. Les autorités américaines sont alors furieuses.

Le fonctionnement de WikiLeaks

Le site prône la transparence planétaire et invite tous les responsables publics ou privés qui ont des informations gênantes qui nous seraient cachées à les divulguer au grand public.

 

Le site affirme que ses systèmes de cryptage permettent à ses informateurs d'envoyer leurs documents en toute sécurité, sans être inquiétés.  Ensuite, les documents sont analysés par des collaborateurs de WikiLeaks.

WikiLeaks + presse écrite

Pour obtenir un retentissement maximum, WikiLeaks collabore avec de grands journaux dans le monde entier. Le New York Times aux Etats-Unis, The Guardian en Grande-Bretagne, Le Monde ou Libération en France, qui publient des résumés des documents. 

Assange assiégé

Mais voilà, WikiLeaks a connu beaucoup de soucis à la suite de ses révélations. D'abord, en 2010, Julian Assange est arrêté à Londres par la police britannique, accusé d'avoir agressée deux jeunes suédoises. Il se réfugie en 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il se trouve toujours.

La Suède souhaite l'entendre, mais il refuse de s'y rendre en affirmant qu'il risquerait alors d'être extradé vers la Etats-Unis, qui ne lui veulent pas du bien, on s'en doute.

 

Aux Etats-Unis, Bradley Manning, l'ancien soldat qui a fourni les documents sur l'Irak à WikiLeaks purge une peine de 35 ans de prison pour ce crime.     

Moins d’argent

Mais les ennuis ne s'arrêtent pas là. WikiLeaks a dû lancer des appels aux dons récemment car ses finances ont souffert après les révélations de 2010.

 

Les virements d'argent vers le site avaient été bloqués par les cartes bancaires Visa et MasterCard ainsi que la société de paiement par internet PayPal. Le site a donc traversé des années difficiles avec des révélations moins fracassantes. Les informations sur les écoutes des présidents français marquent le retour de WikiLeaks.

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(Julian Assange le 6 décembre 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres©MAXPPP)