Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... une salle de shoot

Le projet de loi sur la santé du gouvernement a été adopté hier en première lecture à l'assemblée nationale. Parmi les mesures les plus controversées ce projet de loi l'expérimentation des salles de shoot

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(à Montpellier en 1995, un homme se fait une injection d'héroine - photo prétexte © Maxppp)

Une salle de shoot  c'est une de salle de consommation à moindre risque. Consommation de drogue s'entend ! Et plus précisemment encore : consommation de drogue par injection ce que les toxicomanes appellent un shoot. Généralement un shoot d'héroine ou d'un mélange héroine-cocaine ou d'un quelconque produit de substitution injectable.  

Ces salles seront gérées par des professionnels des centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques chez les usagers de drogue supervisés par le ministère de la Santé. En gros des équipes d'infirmiers, d'éducateurs et des travailleurs sociaux. Avec des consultations possibles de médecins et de psychiatres.  Dans ces salles de shoot,  les toxicomanes arriveront avec leur produit. Evidemment pas question de leur fournir de la drogue  ..  

A quoi sert une salle de shoot  ? 

La fonction première des salles de shoot est de réduire les risques sanitaires liées à la toxicomanie par injection  : sida et hépatite C.  On compterait en France plus de 80.000 usagers de drogue par voie intraveineuse. Ces salles de shoot doivent permettre à ce public marginalisé de consommer ces drogues sous supervision de personnels de santé.Les salles mettent à disposition des usagers des instruments propres comme les cuillères utilisées pour faire chauffer l'héroïne dans de l'eau pour ensuite se l'injecter. Des seringues stériles sont aussi disponibles pour éviter la propagation de maladies transmissibles par seringues contaminées. L'idée est aussi de rencontrer et d'accompagner socialement ces toxicomanes. Autre objectif  : reduire les troubles à l'ordre public en canalisant ce public vers ces salles et faire en sorte qu il ne se droguent plus dans la rue, dans les sanisettes ou des halls d'immeubles squattés.   

Ça existe ailleurs  ? 

C'est en Suisse, à Berne,  que la première salle de shoot a été ouverte au milieu des années 80. Outre la Suisse en Europe, l'Espagne, l'Allemagne, le Portugal, le Danemark,  le Luxembourg  et les Pays-Bas ont aussi ouvert ce type de salles. Au total il y en aurait environ 80 .    En France fin 2013, tout était quasi prêt pour une ouverture d' une salle de consommation à Paris. Mais le Conseil d’Etat avait  jugé que ce "lieu de consommation n’était  pas conforme à la loi de 1970 sur les stupéfiants".

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(à Montpellier en 1995, un homme se fait une injection d'héroine - photo prétexte © Maxppp)