Cet article date de plus de sept ans.

Expliquez-nous ... les VTC

écouter (5min)
Alors que l’interdiction d’UberPop a été confirmée par le conseil constitutionnel, France Info vous explique les VTC.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Un chauffeur de VTC à Paris en juillet 2014©MAXPPP)

Les VTC, véhicules de tourisme avec chauffeur, existent depuis 2009 en France, depuis la loi de modernisation sur le tourisme.

Leur principe est le suivant, le client réserve le VTC par internet ou par téléphone. Ensuite, il est pris en charge par un chauffeur professionnel, qui est inscrit sur un registre administratif et titulaire d'une assurance professionnelle.  

Restrictions

La loi Thévenoud a encadré en 2014 le fonctionnement des VTC pour protéger la profession de taxis. Les VTC n'ont pas le droit de pratiquer ce qu'on appelle "la maraude" pour trouver des clients, c'est-à-dire tourner dans la rue ou stationner en attendant qu'un client les interpelle. Ça, c'est réservé aux taxis. Donc théoriquement, un VTC doit retourner au garage entre deux courses. 

Petits et gros VTC  

Les sociétés de VTC sont nombreuses car les chauffeurs sont souvent des auto-entrepreneurs. Ensuite, il y a les gros comme LeCab ou Uber, qui fait du VTC traditionnel mais aussi UberPop, qui est interdit en France depuis le mois de juin. 

UberPop

Là, avec une application de smartphone, UberPop proposait un service de transport en voiture avec des particuliers qui s'improvisaient chauffeurs. Une sorte de VTCA, véhicule de tourisme avec chauffeur .. Amateur !!  C'était un système qui permettait à tout un chacun d'arrondir ses fins de mois. Mais c'est terminé. 

Heetch et Djump 

Cela dit, d'autres sociétés ressemblent à UberPop, comme Djump et Heetch qui ont été, elles aussi, interdites par la préfecture de police de Paris. Ces sociétés affirment qu'elles font du co-voiturage.

 

Jump a suspendu ses activités mais Heetch continue, la nuit et surtout le week-end à Paris et Lyon. La société compte 3.000 chauffeurs non professionnels, occasionnels. C'est pour cette raison que la préfecture de police de Paris l’a assimilée à UberPop.

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.