Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous ... les quotas de chansons françaises

Alors que l’Assemblée veut renforcer les quotas de chansons francophones, France Info vous rappelle leur fonctionnement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Studio d'une radio musicale©MAXPPP)

Les quotas ont été introduits dans la loi, en 1994. Ils obligent les radios à diffuser 40% de titres d'expression française dans leur programmation musicale, dont la moitié de nouveaux talents. C'est le 1er janvier 1996 que les quotas sont entrés en vigueur. 

Pourquoi les quotas ?

Au début des années 90, les réseaux FM diffusent très peu de titres chantés en français et les ventes de disques sont trustées par des artistes qui chantent en anglais.

 

En 1994, dans les 50 meilleures ventes de singles, il y avait sept titres francophones. Après l'instauration des quotas, ça change. Dans les 50 meilleures ventes des singles de 1996, il y a avait 15 français.  

Réaction des radios

Au départ les radios n’étaient pas contentes. Certaines ont rusé. Skyrock a décidé de passer au format Rap/R'n'B en 1996 en grande partie pour remplir facilement les quotas, car les artistes du hip-hop hexagonal rappent en français.

 

Pour remplir ses quotas, Oui FM, diffusait non-stop des titres français le dimanche matin et la nuit, quand il y a peu d'auditeurs. Ainsi, la radio rock pouvait continuer à jouer du rock anglo-saxon en semaine, quand il y a plus d'audience. 

Restrictions

Pour éviter ce genre de détournement, il est prévu que les titres français et les nouveaux talents soient comptabilisés entre 6h30 et 22h30 en semaine et entre 8 heures et 22h30 le week-end, histoire qu'ils ne tournent pas que la nuit. 

 

Depuis 20 ans, les quotas ont aidé la production francophone.  En 2014, sur les dix albums les plus vendus en France, dix étaient francophones.

 

Mais voilà, le CSA note que les quotas sont régulièrement oubliés ou détournés et que ce sont toujours les mêmes titres qui passent sur les grandes radios FM. Sur NRJ, 74% de la programmation francophone se fait avec seulement 10 titres.   

Diversifier les artistes diffusés

D'où la volonté des députés de renforcer des quotas. L’idée est de dire aux radios que les quotas ne prendront pas en compte l'intégralité des diffusions des disques matraqués.

 

Schématiquement, si une radio passe dix fois par jour Stromae, les quotas ne prendront en compte que cinq diffusions. Objectif, faire écouter au public des nouveaux venus. Mais là, les radios répondent qu'ils n'y a pas assez de nouveaux artistes puisque l'industrie musicale n'en sort plus assez. 

Production francophone en baisse

Ce qui est en partie vrai. Avec la crise du disque et la chute des ventes, les maisons de disques ont réduit leurs coûts. En 2003, elles ont sorti 192 albums de nouveaux talents francophones. En 2014, elles n'en ont sorti que 76.   

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(Studio d'une radio musicale©MAXPPP)