Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous… les clowns méchants

Depuis la mi-octobre, le phénomène des "clowns méchants" se développe en France. Plusieurs personnes ont été interpellées ces derniers jours et un homme a été condamné à 6 mois avec sursis. Baptiste…c'est quoi un "clown méchant" ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Un clown lors de la "Zombie Walk" de Toronto © MAXPPP)

Un clown méchant, ou un clown agressif, c'est quelqu'un qui reprend tous les codes des clowns : maquillage, nez rouge, perruque… mais qui, au lieu de faire rire les passants, les effraie. Pour rien, juste pour "s'amuser". Plusieurs cas ont été signalés en France ces dernières semaines.

A lire aussi ►►► Des faux clowns sèment la panique dans plusieurs villes du Nord

D’où vient le phénomène ?

C'est vrai qu'un clown, normalement, c'est gentil et sympathique. Sauf que dans les livres et au cinéma, cette image du clown a commencé à être détournée. Et on a vu des personnages de méchants sadiques et cruels prendre l'apparence de clowns. C'est le cas par exemple du Joker dans Batman ou de grippe-sou dans le roman "Ca" de Stephen King. Sans parler de la réalité avec le tueur en série John Wayne Gacy. Condamné à la fin des années 70 pour le meurtre de 33 personnes, il avait aussi l'habitude de se déguiser en clown pour amuser les enfants dans les hôpitaux…La presse l'avait surnommé le clown tueur. Cette face sombre du clown est donc entrée depuis des dizaines d'années dans la culture populaire…  

Pourquoi la résurgence de ces faux-clowns ?

Parce que de nombreux amateurs ont eu l'idée de se filmer en train de faire peur déguisés en faux clowns et qu'ils ont postés ces vidéos sur internet. Elles ont ensuite été relayées sur les réseaux sociaux et elles ont connu un succès phénoménal. Des dizaines de milliers de vues à chaque fois. Elles ont créées des émules d'abord en Angleterre puis aux Etats-Unis et enfin en France.

Des clowns qui ne font pas rire les autorités

Sur les réseaux sociaux les rumeurs sur ces clowns se font insistantes avec une multitude de messages dénonçant des crimes imaginaires. Par ailleurs, de nombreux messages fleurissent avec des appels à les chasser. A l'approche d'Halloween les forces de l'ordre redoutent des règlements de compte entre clowns et anti-clowns.D’où cette campagne quelque peu surréaliste lancée par la police "Si je croise un clown, je fais le 17"

A lire aussi ►►►La police met en garde : "Si je croise un clown, je fais le 17 !"

(Un clown lors de la "Zombie Walk" de Toronto © MAXPPP)