Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... le yoyo des actions

Alors que l’action Renault a perdu 10% de sa valeur après des perquisitions chez le constructeur, France Info vous explique le mouvement des actions.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Une bourse chinoise©MAXPPP)

Une action est un morceau, une fraction, très petite du capital d'une société qui est mise sur le marché à la disposition du public. Sa valeur varie en permanence, obéissant à la loi de l'offre et de la demande, avec des gens qui détiennent des actions et d'autres qui sont prêts à en acheter.  

 

S'il y a beaucoup d'acheteurs potentiels et que les détenteurs ne veulent pas vendre, le cours de l'action va monter jusqu'à ce que les détenteurs lâchent à un prix qu'ils estiment intéressant. Dans l'autre sens, si tout le monde veut vendre ses actions et que les acquéreurs potentiels n'ont pas envie d'acheter, le cours va baisser. 

Pourquoi les hausses et les baisses ?

Les raisons sont multiples. Pour schématiser, on peut dire que si une société se porte bien, les acheteurs potentiels pensent qu'elle va faire des bénéfices et en redistribuer une partie sous forme de dividendes (les dividendes, c'est la part des bénéfices distribuée par action).

 

Cette perspective de gagner de l'argent va encourager les acheteurs. A l'inverse, si une société semble dans une passe difficile, avec peu de perspectives de bénéfices, les détenteurs d'actions de cette société auront tendance à vouloir vendre, ils trouveront peu d'acheteurs et le cours baissera. 

Les craintes sur le cours de Renault

Pour Renault, quand il y a eu des perquisitions sur certains sites du groupe et des doutes sur une éventuelle fraude aux tests de pollution, les investisseurs se sont dit que le constructeur pourrait se retrouver comme Volkswagen contraint de dépenser beaucoup d'argent pour dédommager des clients ou pour payer des amendes. Dans la tête des investisseurs, cela n'est pas bon du tout pour les bénéfices futurs de Renault.

L’informatique accélératrice de transactions 

Dans ces moments, les investisseurs en bourse peuvent faire dégringoler les cours très vite, car les ordres de bourse à Paris ne passent plus par des agents de changes qui crient autour d'une corbeille. Depuis la fin des années 80, des sociétés de bourse les ont remplacés. Et l'informatique a pris une place énorme avec aujourd'hui environ 50% de transactions automatisées.

 

Et un phénomène vertigineux, le Trading Haute Fréquence avec des milliers et des milliers de transactions à la seconde et des actions qui ne sont souvent conservées que quelques secondes par leurs acquéreurs. Avec une telle frénésie, des mini krachs boursiers interviennent et ensuite des pare-feu se mettent en place pour stopper la baisse et fermer prématurément le marché. C'est ce qu'on a vu en Chine au tout début du mois de janvier. 

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(Une bourse chinoise©MAXPPP)