Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... La spécificité des incendies en Californie

Alors que de gigantesques incendies ravagent à nouveau la Californie et que Donald Trump met en cause la "gestion de la forêt californienne", focus de franceinfo sur la spécificité des incendies dans cet Etat, sur fond de changements climatiques. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un magasin en flammes, à Paradise (Californie), le 8 novembre 2018.
Un magasin en flammes, à Paradise (Californie), le 8 novembre 2018. (JOSH EDELSON / AFP)

Aux spécificités traditionnelles de la Californie... 

Pour qu'un feu se déclenche, il faut qu'il y ait à la fois un combustible (des arbres, des broussailles...), un comburant (l'air, l'oxygène) et une source de chaleur. Lorsqu'il fait très chaud, que la pluie manque, une grande partie de l'eau contenue dans les plantes s'évapore et brindilles, herbes sèches, buissons ou forêts peuvent facilement s'enflammer. 

Le climat méditerranéen de l'ouest de la Californie, son écosystème, ses gigantesque forêts, ses zones de buissons, d'herbes sèches comme dans le sud de la France, avec en outre une urbanisation qui s'étend à la lisière des forêts, en font un terrain propice à des départs de feu meurtriers.

On constate cela dit ces dernières années un triple phénomène: des incendies de plus en plus fréquents, de plus en plus rapides et de plus en plus violents.

... S'ajoute une conjonction d'éléments liés en partie aux changements climatiques. 

Rescapés et pompiers évoquent ces derniers jours des "tempêtes de feux", des "murs de flammes". "Nos hommes ont été confrontés à des conditions d'incendie extrêmes et difficiles qu'ils n'ont jamais vues de leur vie" raconte le chef des pompiers du Comté de Los Angeles. "Il y a dix ou vingt ans, vous restiez dans vos maisons quand il y avait un incendie et vous étiez capables de les protéger", a expliqué le chef des pompiers du comté de Ventura, "mais les choses ne sont plus ce qu'elles étaient. Le taux de propagation est exponentiellement supérieur à ce qu'il était"

Les autorités locales précisent que les feux ne sont actuellement contenus qu'à 25 / 30%  et qu'il faudra au moins trois semaines pour les maîtriser. 

"Rien n'explique ces feux de forêt massifs, meurtriers et coûteux en Californie hormis une calamiteuse gestion des forêts" a tweeté ce week-end Donald Trump. "Une attaque honteuse (...)", un tweet "mal informé, inopportun (...) dangereusement mensonger" a réagi le président du syndicat des pompiers de Californie. Brian Rice a d'abord mis en avant le fait que près de 60% des forêts californiennes sont gérées au niveau fédéral et non au niveau de l'Etat. Il a ensuite souligné que les feux ne se sont pas propagés seulement dans des zones de forêts mais aussi dans des zones urbaines ou désertes.

Pour des pompiers et météorologues américains, cette déclaration revient en outre à nier la conjonction d'éléments qui alimentent ces feux: type de végétation, vents très forts, géographie de l'Etat et sécheresse durable. En un siècle, la température moyenne en Californie a augmenté de trois degrés. Chaque année, la saison des incendies s'allonge d'un jour ou deux. 

"Ce n'est pas une nouvelle normalité, c'est une nouvelle anormalité. Et cette nouvelle anormalité va se poursuivre", a estimé hier le gouverneur de l'Etat.

Un magasin en flammes, à Paradise (Californie), le 8 novembre 2018.
Un magasin en flammes, à Paradise (Californie), le 8 novembre 2018. (JOSH EDELSON / AFP)