Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... l'Intifada

Il y a eu de nouvelles violences ces dernières heures entre jeunes palestiniens et soldats israéliens dans plusieurs localités de Cisjordanie. Différentes voix se sont alarmées ces derniers jours d'un risque d'embrasement. Palestiniens, opposition israélienne et d'autres encore ont évoqué le danger d'une troisième intifada.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Intifada est un mot arabe qui signifie soulèvement. Le mot a été employé à plusieurs reprises lors de mouvements de contestations populaires dans plusieurs pays. Mais c'est la première intifada en Palestine en 1987 qui a fait connaitre ce terme maintenant étroitement lié à la cause palestinienne. Cette première Intifada est partie de la bande de Gaza pour s'étendre ensuite à la Cisjordanie. Le déclencheur de ce soulèvement, c'est d’abord le 6 décembre l'assassinat un officier israélien à Gaza. 

Le 8, un camion israélien percute une voiture palestinienne, faisant trois morts. Pour les palestiniens cet accident n'en est pas un. Pour eux il s’agit de représailles israéliennes et des émeutes commencent.

Cette intifada est également appelé «révolte des pierres» parce que de jeunes Palestiniens lançaient des cailloux sur les soldats israéliens. Ce qui a sans doute contribué à populariser cette révolte. Sous les caméras du monde entier, cette intifada se révèle vite comme un atout de communication pour la cause palestinienne.

Dans ce type de conflit asymétrique, ces images d'adolescents face à des soldats suréquipés sont forcément dévastatrices pour  ceux qui possèdent la force. Peu importe le fond du problème.

Lors de cette première Intifada environ 1100 Palestiniens, une trentaine de soldats israéliens et une quarantaine de colons ont été tués de décembre 1987 à septembre 1993. C'est la signature des accords d'Oslo qui a arrêté cette guerre des pierres.

 

Il y a eu ensuite une autre intifada palestinienne

C'est la visite d'Ariel Sharon sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem le 28 septembre 2000 qui déclenche cette deuxième intifada. Une provocation pour les Palestiniens déjà excédés par un processus de paix qui n'avance pas et par la poursuite de l’expansion des colonies .

Un soulèvement sans doute moins spontané et plus préparé que le premier. En tout cas, cette deuxième intifada à la différence de la première est marquée par des actions armées quasi militaire contre l’armée israélienne, les colons et les Israéliens. En retour, Israël commet des assassinats ciblés contre les groupes armés palestiniens. 

Apres plus de quatre ans de conflits très dur, début 2005 un sommet entre Ariel Sharon et Mahmoud Abbas à Charm El-Cheikh, en Egypte met fin aux violences. Cette deuxième intifada a fait plus de 5.600 morts dont plus des trois quarts sont des Palestiniens.

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)