Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... Comment sont pris en charge les problèmes de vue en France

Alors que dans son rapport annuel sur la sécurité sociale, la Cour des Comptes préconise entre autres d'élargir les compétences des orthoptistes et des opticiens pour pallier la pénurie d'ophtalmologistes, focus de franceinfo sur la prise en charge des problèmes de vision aujourd'hui en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(MAXPPP)

L'ophtalmologue, ou ophtalmologiste est le médecin spécialiste des yeux. C'est lui qui le plus souvent prescrit lunettes ou lentilles, rééducation, médicaments. Il n'est pas nécessaire de passer par votre médecin traitant pour un suivi régulier chez l'ophtalmo.

Le généraliste est en théorie habilité à prescrire un équipement d'optique s'il considère être en mesure de le faire. Le Code de santé publique précise que "tout médecin est, en principe, habilité à pratiquer tous les actes de diagnostic, de prévention et de traitement, mais ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, formuler des prescriptions dans des domaines qui dépassent ses connaissances, son expérience et les moyens dont il dispose".

L'opticien réalise vos lunettes et vous délivre vos lentilles sur prescription médicale en cours de validité. Une prescription est valable d'un an à cinq ans selon votre âge. Cela dit en situation d'urgence, si vous perdez ou cassez vos lunettes, l'opticien peut vous en délivrer sans ordonnance.

Il peut sinon vous renouveler, voire adapter après examen, les corrections de lunettes et lentilles, à condition de lui présenter une ordonnance datant de moins de trois ans. C'est moins d'un an pour les moins de 16 ans. Si l'opticien adapte votre correction, il doit le mentionner sur la prescription initiale et informer le médecin.

L'orthoptiste, professionnel paramédical, réalise, sur prescription, des dépistages, des explorations de la vision, des actes de rééducation ou de réadaptation. Il ne peut pas faire de prescription, mais peut, depuis 2016, dans le cadre d'un protocole précis, participer à la prise en charge des patients suivis par un ophtalmo: déterminer l'acuité visuelle par exemple. La prescription est ensuite du ressort de l'ophtalmo.

La Cour des Comptes pense qu'on peut aller plus loin. Elle rappelle que le nombre d'ophtalmologues va continuer à diminuer dans les années qui viennent. On en comptait 6000 l'an dernier en France, avec de grosses disparités selon les régions. Le délai moyen pour obtenir un rendez-vous est de près de trois mois (47 jours en Ile de France, 168 dans le Finistère), alors qu'en parallèle, le nombre d'othoptistes a depuis 2000 plus que doublé; le nombre d'opticiens plus que triplé.

La Cour propose donc d'autoriser les opticiens à prescrire des équipements d'optique "en première intention " et plus seulement à adapter des prescriptions existantes et de permettre aux orthoptistes de réaliser, de manière autonome, bilans, consultations simples et prescriptions, sous réserve, pour les uns comme pour les autres, d'une formation approfondie.

(MAXPPP)