En randonnée avec vous, France info

En randonnée sur le chemin de Stevenson, dans les Cévennes, où l'âne est roi

Cet été, franceinfo vous emmène sur les chemins de randonnée. Direction d'abord le GR 70, au milieu des reliefs cévenols, que les touristes empruntent parfois avec des ânes. Ces animaux sont les stars de la région. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un des ânes de Tom Boyer, dans son élevage du village de Molezon, en Lozère.
Un des ânes de Tom Boyer, dans son élevage du village de Molezon, en Lozère. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

C'est à Robert Louis Stevenson que le GR 70, qui relie le sud du Massif central au coeur des Cévennes, doit son surnom de chemin de Stevenson. Le célèbre écrivain écossais fit ce parcours avec son âne, en 1878, avant de le raconter dans son récit Voyage avec un âne dans les Cévennes.

Dans celui-ci, il affuble son ânesse Modestine de sobriquets peu flatteurs : la bourrique, la reluctante, le petit démon pervers. Mais au gîte de la Roquette, dans le village de Molezon, entre le Mont Cévennes et le Mont Aigoual, c'est une toute autre relation entre Tom Boyer et sa vingtaine d'ânes.

L'âne est loin d'être caractériel.

Tom Boyer, éleveur dans les Cévennes

à franceinfo

"L'âne est très malin, très observateur, hyper doux, hyper curieux", énumère Tom. "Si vous ouvrez votre sac, il va venir mettre la tête dedans ! Il est surprenant et l'alchimie se fait hyper rapidement en partant se balader avec un âne."

Les ânes adaptés au climat cévenol aride

Tom Boyer s'est installé fin 2019 avec sa compagne Elsa, et gère des chambres d'hôtes ainsi que cet élevage d'ânes pour les randonnées. Avec des races qui se prêtent bien aux sentiers escarpés des Cévennes, comme l'âne de Provence ou le petit âne noir des Pyrénées. "Ils sont super bien adaptés par rapport aux variations climatiques et ce côté aride dans la région, avec très peu d'eau l'été, et une végétation peu nutritive", décrit l'éleveur. 

Nina, Vénus ou encore Hippie sont plus que des animaux. Ce sont des compagnons, surtout que Tom habite "à 35 minutes de tout village ou lieu de vie".

Mes ânes, c'est ma bande de potes !

Tom Boyer, éleveur dans les Cévennes

à franceinfo

"Ils ont tous un caractère différent", décrit Tom Boyer. "J'ai à peu près reçu un coup de sabot de chacun. On s'est tous fâchés à un moment donné, et on s'est réconciliés. On se connaît. Il y a une relation hyper intense entre eux et nous. On ne peut pas partir 48 heures sans penser à eux."

Tom Boyer, éleveurs d\'ânes à Molezon, au coeur des Cévennes, brosse une de ses bêtes avant son départ avec des voyageurs.
Tom Boyer, éleveurs d'ânes à Molezon, au coeur des Cévennes, brosse une de ses bêtes avant son départ avec des voyageurs. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

La vie de Tom et Elsa s'articule aussi autour de leurs ânes : veiller à leur alimentation, les soigner en cas de blessure, les éduquer aussi, et cela commence dès le plus jeune âge. "Un âne va être manipulé à côté de sa maman", explique-t-il. "On va lui passer le licol, le harnachement, relativement tôt. On va lui faire découvrir beaucoup de choses. En fait, on ne dresse pas un âne, on l'éduque." Les ânes de Tom sont si bien éduqués qu'ils n'oublient jamais, par un braiment, de saluer les voyageurs de passage.

---> Retrouvez tous les épisodes de notre série "En randonnée avec vous"

En randonnée sur le chemin de Stevenson, dans les Cévennes, où l'âne est roi - Reportage de Boris Loumagne
--'--
--'--

Un des ânes de Tom Boyer, dans son élevage du village de Molezon, en Lozère.
Un des ânes de Tom Boyer, dans son élevage du village de Molezon, en Lozère. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)