Cet article date de plus de neuf ans.

Le pouvoir bolivien éclaboussé par des scandales de corruption avant les élections

Des proches du président Evo Morales sont soupçonnés d'être impliqués dans différentes affaires de détournement de fond et de pots de vin. Ça tombe mal, à moins d'un mois des élections locales.
Article rédigé par Alexis Morel
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 70 min
  (Evo Morales, président de la Bolivie © Maxppp)

Le scandale le plus retentissant concerne le Fondioc, un fonds destiné à financer des projets de développement dans les communautés indigènes du pays. Elle éclate fin février quand un audit révèle la disparition de plus de huit millions d’euros qui auraient été détournés en finançant 153 "projets fantômes" qui n’ont jamais été menés à leur terme. Parmi eux, un projet de développement agricole pour 130 000 euros qui devait bénéficier à 500 familles. Elles ont révélé qu'elles n'avaient finalement reçu que... quatre kilos de gousses d'ail chacune, au lieu d'un hectare de plantation comme promis. Ce mardi, deux ex directeurs du Fondioc ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête pour corruption. L’affaire fait ici la une des médias presque tous les jours avec de nouvelles révélations, et elle choque dans ce pays qui reste l’un des plus pauvres d’Amérique du sud. D'autant plus qu'on y retrouve des proches du président, et pas des moindres...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.