En direct du monde, France info

Le Danemark veut envoyer les criminels étrangers sur une île

Nouveau tour de vis dans la politique d'immigration danoise. Le gouvernement veut envoyer sur une île les criminels étrangers condamnés à l’expulsion. 

Le parlement danois. 
Le parlement danois.  (Nils Meilvang)

Le gouvernement libéral-conservateur et le parti du peuple danois, une formation anti-immigration, ont annoncé leur intention de placer les criminels étrangers en attente d’expulsion sur une île. Un projet qui devrait voir le jour en 2021.

Cette mesure concerne d’une part les citoyens étrangers, ayant purgé une peine de prison au Danemark et condamnés à l’expulsion, et d'autre part les demandeurs d’asile déboutés, soupçonnés de crimes ou de délits. Ces deux groupes ne peuvent pas être renvoyés dans leur pays d’origine, ceux-ci refusant de les recevoir, ou bien risquant de les persécuter.

Jusqu’à présent, ils étaient placés dans un centre dit "de déportation"

Aujourd'hui, ces étrangers en attente d’expulsion sont placés dans un centre d'accueil ouvert, dans la province du Jytland à l’ouest du Danemark. Mais les voisins de ce centre se plaignaient de l’insécurité croissante causée par ses occupants.

L’idée est donc d’isoler les criminels ou délinquants d’origine étrangère, en les plaçant sur l'île de Lindholm à une centaine de kilomètres au sud de Copenhague. Cette île est utilisée actuellement par l’Institut vétérinaire pour mener des expériences sur la rage et la peste porcine. Un ferry fera des allers-retours avec la terre ferme mais uniquement en journée. Les habitants de l’île, ces étrangers, pourront donc la quitter mais devront y passer la nuit.

L’idée n’est pas nouvelle

Ce projet avait déjà été proposé en 2000, par la ministre de l’Intérieur de l’époque, ancien membre du parti social-démocrate qui a depuis rejoint le parti libéral. L’île est devenue depuis une idée fixe du parti du peuple danois, l’allié du gouvernement au Parlement. C’est à la faveur des négociations sur le budget que les populistes danois sont enfin parvenus à leurs fins.

Une victoire importante, pour le parti du peuple danois, une formation nationaliste, anti-immigration, à moins de sept mois des prochaines élections législatives qui doivent être organisées avant le 19 juin 2017.

L'extrême-gauche dénonce une politique inhumaine

Les réactions sont partagées. Les riverains du centre actuel applaudissent. Inversement, la commune dont dépend l’île de Lindholm critique le projet. À gauche, les sociaux-démocrates, qui flirtent depuis quelques années avec le parti du peuple danois, ne trouvent rien y à redire. L’extrême-gauche, cependant, critique une politique des symboles, inhumaine.

Les ONG, pour leur part, mettent en gardent le gouvernement. Le parti du peuple a annoncé qu’il était prêt à aller à "à la limite de ce que les conventions internationales autorisent". Pour les défenseurs des droits de l’Homme, cette limite pourrait déjà être dépassée.

Le parlement danois. 
Le parlement danois.  (Nils Meilvang)