En direct du monde, France info

La Pologne face au risque autoritaire

Au pouvoir depuis six mois, le gouvernement conservateur multiplie les réformes controversées. Après la justice et les médias publics, il veut maintenant s'attaquer à la Constitution. Bruxelles s'inquiète.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Beata Szydlo , Première ministre en Pologne, le 18 avril 2016 © Maxppp)

La Commission européenne a d'ailleurs engagé en début d’année une procédure contre la Pologne pour savoir si elle répond encore aux critères d’un Etat de droit. Et les premières réponses sont plutôt négatives. En cause notamment, un conflit ouvert entre le gouvernement et le tribunal constitutionnel, garant de la démocratie, et le seul à pouvoir opposer son véto aux réformes de l'exécutif.

Or, dès leur arrivée au pouvoir, les conservateurs ont donc voté une loi pour réformer le Tribunal constitutionnel et le mettre en quelque sorte à leur botte. Le blocage dure maintenant depuis six mois. Bruxelles a pris le dossier en main et a donné raison à la justice polonaise. La commission de Venise a sommé le gouvernement polonais d’appliquer les jugements du Tribunal constitutionnel mais la Première ministre Beata Szydlo continue de faire la sourde oreille.

(Beata Szydlo , Première ministre en Pologne, le 18 avril 2016 © Maxppp)