Cet article date de plus de trois ans.

En Suisse, pour rendre l'armée plus attractive, les autorités tentent de dissuader les jeunes de faire le service civil

écouter (3min)

Face au désamour des jeunes Suisses pour le treillis et le fusil d'assaut, les autorités tentent de mettre des bâtons dans les roues au service civil, de plus en plus plébiscité. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Des jeunes Suisses en service militaire lors d'un exercice à Bütschwil en Suisse, en 2013. (GAETAN BALLY / MAXPPP)

En Suisse, même obligatoire, le service militaire peine à attirer les appelés. Les jeunes sont de plus en plus nombreux à lui préférer le service civil, un peu comme ce que veut faire Emmanuel Macron en France avec le service national universel. A tel point que les autorités suisses s'en inquiètent, et tentent de le rendre moins attractif pour sauver une armée en perte de vitesse. 

Le service civil suisse est en quelque sorte victime de son succès. Et ça ne plaît pas à tout le monde dans la classe politique suisse. Au premier rang duquel le ministre de l'économie Guy Parmelin. Cet ancien ministre de la défense a pris le service civil en grippe. A ses yeux, le système, qui était réservé aux objecteurs de conscience, fait de la concurrence déloyale à l'armée qui a du mal à garder ses recrues.

Un millier d'appelés désertent pour le service civil

Car même ceux qui ont commencé leur service militaire désertent parfois en cours de route pour s'engager dans le service civil. Un millier d'appelés l'ont déjà fait sur les six premiers mois de l'année. Conséquence : le gouvernement veut diminuer le nombre de ceux qu'on appelle ici, les civilistes. Notamment en instaurant un délai d'attente pour les militaires qui changent d'avis. Et en allongeant la durée du service civil, bien au-delà de la durée du service militaire. Des mesures contre lesquelles s'insurgent Lisa Mazzone. Cette parlementaire verte est également co-présidente de l'association suisse pour le service civil. "Le fait de faire un service civil c'est déja aujourd'hui pénalisé. Vous faites une durée de service une fois et demi plus longue que si vous êtes au service militaire.'

En gros, il y a environ un peu moins de 15% des jeunes qui font le service civil, par contre il y a près de la moitié des jeunes qui sont déclarés soit partiellement aptes soit inaptes et qui ne font pas l'armée pour des raisons de santé. C'est dans ce sens-là qu'il faudrait peut-être s'interroger sur le besoin en hommes de l'armée.

Lisa Mazzone

à franceinfo

Les services civils assurent des missions essentielles de service public

Rendre l'armée attractive, alors qu'elle ne l'est plus, en mettant des bâtons dans les roues du service civil. Pour une autre député socialiste, c'est un peu comme si on esayait d'attirer les touristes en Suisse en les empêchant de se rendre en France ou en Autriche. Ça ne peut pas marcher. Surtout que les défenseurs du service civil rappellent que ses engagés ne sont pas des jeunes en colonies de vacances et qu'ils assurent des missions essentielles de service public. Un peu plus de 5 000 établissements accueillent des civilistes en Suisse. Cela peut être dans la santé, le social, l'éducation, la protection de la nature, l'agriculture, l'humanitaire.

Empêcher le service civil, c'est empêcher le bon fonctionnement de la société estime encore la député Lisa Mazzone. "Le service civil est engagé dans des domaines où il manque des personnes pour travailler dans ces domaines là. Ça ne doit pas remplacer un job. Il y a des contrôles, on doit donner des gages. C'est un gain de qualité des services publics que l'on peut offrir. Et si ces personnes ne sont pas là, il n'y a personne qui les remplace. Très clairement, comme on le voit avec les personnes âgées, c'est pas des personnes qui vont être parties de l'équipe soignante mais c'est des personnes qui vont accomagner et qui ne seront plus là".

Les attaques contre le service civil, sont, pour ses partisans, un contre-feu allumé par les autorités pour masquer le rejet croissant du service militaire. 63% des appelés suisses ne remplissent pas leurs obligations jusqu'au bout.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.