En direct du monde, France info

En Pologne, une loi contre l'éducation sexuelle à l'école

Trois jours après leur victoire aux élections législatives, les ultra-conservateurs du parti PiS, Droit et Justice, au pouvoir depuis 2015, viennent d’approuver en première lecture un projet de loi visant à pénaliser l’éducation sexuelle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Manifestation à Varsovie le 16 octobre 2019 contre le projet de loi interdisant les cours d\'éducation sexuelle à l\'école 
Manifestation à Varsovie le 16 octobre 2019 contre le projet de loi interdisant les cours d'éducation sexuelle à l'école  (MACIEJ LUCZNIEWSKI / NURPHOTO)

Le texte a été présenté par une association ultra-catholique assez influente. Une ONG pro-vie, persuadée que les cours d’éducation sexuelle à l’école dépravent les enfants, leur apprennent la masturbation, encourageraient même l’homosexualité.
Autant de contre-vérités, explique Antonina Lewandowska, éducatrice sexuelle associée au Planning familial : "Nous ne cherchons pas à mentir, à endoctriner les enfants mais à donner des faits, des informations justes, confirmées par la science. Pendant les ateliers, nous enseignons ce qu'est la sexualité, nous parlons des orientations sexuelles, de la protection contre les maladies, la contraception. On apprend aussi le consentement, et comment dénoncer les agressions sexuelles et s’en protéger."

L’association Pro-Vie veut que soient interdits ces cours, qui sont de toute façon rares en Pologne. En plus, elle veut pénaliser les éducateurs sexuels. Le projet de loi, qui vient d'être adopté en première lecture par les députés polonais, fait passer les peines de prison de 3 à 5 ans.

Le poids de l'Eglise

Le PiS, le parti Droit et Justice, au pouvoir à Varsovie depuis 2015, est ultra-conservateur sur les questions sociétales. Il surfe aussi sur la crainte d’une minorité de Polonais qu’une prétendue "idéologie LGBT" rentre dans les écoles. En résumé, que des associations de défense des LGBT viennent donner des cours d’éducation sexuelle et viennent promouvoir l’homosexualité.

Et puis, en soutenant ce type de projets, le PiS renforce le soutien de l’épiscopat. Les évêques polonais sont extrêmement conservateurs, et voient d’un très bon œil toutes les initiatives du PiS pour restreindre l’éducation sexuelle. Juste avant les législatives, la conférence épiscopale a appelé quasi-ouvertement les catholiques à voter pour le PiS.

Rassemblements contre le projet de loi

Mercredi soir, dans plusieurs grandes villes du pays, des rassemblements ont eu lieu à l’initiative de Strajk Kobiet, une association féministe, celle qui avait mené la lutte contre la restriction de l’avortement en 2016.

A Varsovie, environ un millier de personnes se sont retrouvées devant le Parlement, contre le projet. Anita, venue manifester avec une amie, a 15 ans : "Nous avons des amis catholiques et très conservateurs. A la maison, on leur apprend que l'éducation sexuelle à l'école, ce n'est pas bien. Ils ne reçoivent aucune éducation sexuelle basique de leurs parents. C’est pour cela qu’il en faut à l’école, et donc cette loi ne doit pas être votée."

Pour l’instant, le texte a été renvoyé en commission parlementaire.
Avant de revenir dans quelques jours au Parlement pour être adopté ou rejeté.
Si la loi passe, Antonina, l’éducatrice sexuelle, compte porter plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Manifestation à Varsovie le 16 octobre 2019 contre le projet de loi interdisant les cours d\'éducation sexuelle à l\'école 
Manifestation à Varsovie le 16 octobre 2019 contre le projet de loi interdisant les cours d'éducation sexuelle à l'école  (MACIEJ LUCZNIEWSKI / NURPHOTO)