En Islande, l'éruption du volcan Fagradalsfjall pourrait durer encore plusieurs années

écouter (3min)

L'éruption volcanique en cours près de Reykjavík en Islande, est devenue la plus longue dans le pays depuis plus de 50 ans.

Article rédigé par
Jérémie Richard - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'éruption du volcan Fagradalsfjall, dans la péninsule de Reykjanes au sud-ouest de l'Islande, photographiée le 21 mars 2021. (AMAZING AERIAL / MAXPPP)

Depuis le 19 mars 2021, sur les flancs du mont Fagradalsfjall, dans la péninsule de Reykjanes au sud-ouest de l'Islande, la lave sort de terre et s’écoule tout doucement dans plusieurs vallées autour d’un cratère. Six mois, à l’échelle islandaise, c’est raisonnablement long et pas inhabituel selon les spécialistes. Mais il faut remonter aux années 1960 pour trouver trace d’une éruption plus longue : elle avait duré plus de trois ans et demi sur l'île volcanique de Surtsey. 

La nature de l'éruption du volcan de Fagradalsfjall fascine Þorvaldur Þórðarson, vulcanologue à l’Institut des sciences de la Terre. "Habituellement, on a une source sous pression qui a accumulé tellement de matière dans le système de stockage que le magma monte et généralement sort à un débit très élevé : de quelques centaines à quelques milliers de mètres cubes par seconde. Mais cette éruption n’a jamais fait ça, souligne-t-il. Elle a commencé de manière très calme, la lave est sortie de quelques fissures puis elle s’est écoulée à un débit très régulier pendant toute cette période, alimentée par une zone de stockage dans la croûte terrestre inférieure".

C’est assez remarquable parce que la plupart des éruptions ne se comportent pas de cette façon.

Þorvaldur Þórðarson, vulcanologue

franceinfo

La lave s’écoule actuellement à un débit de huit mètres cube et demi par seconde contre environ cinq les premières semaines. Au total, près 143 millions de mètres cubes de lave sont sortis, ce qui en fait une toute petite éruption jusqu'à présent.

L'éruption attire de nombreux curieux 

La barre des 300 000 visiteurs a été franchie le week-end du 18-19 septembre, selon l’Office du tourisme islandais. Ce chiffre est sans doute en-dessous de la réalité puisque les premiers compteurs sur les sentiers menant au volcan ont été installés cinq jours après le début de l’éruption.

Les visiteurs s'aventurent dans des ascensions parfois difficiles. Ils tentent de se rendre au sommet des petits monts qui dominent les vallées Geldingadalir, Meradalir et Nátthagi où la lave s’écoule toujours sous forme de langues dévalant les collines à toute allure. Certains curieux tentent même de s'approcher autant que possible du cratère, pour l’entendre gronder et observer les jaillissements de lave rouge-orangée. Aucun accident grave n’a eu lieu jusqu’à présent et aucune menace ne pèse sur les habitations situées dans un périmètre de cinq kilomètres environ. 

Impossible pour les experts de prédire le futur de cette éruption 

Halldór Geirsson, géophysicien, donne quelques éléments de réponse, sans pouvoir être plus précis : "Il n’y a aucun signe clair d’un manque de magma qui provoque généralement l’arrêt d’une l’éruption. Il semble qu’il y ait encore assez de magma quel que soit le réservoir dans lequel l’éruption puise. Donc ça pourrait durer encore longtemps". Selon les vulcanologues, l’éruption à Fagradalsfjall a toutes les caractéristiques pour durer encore plusieurs années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En direct du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.