Cet article date de plus de trois ans.

En Irlande, on célèbre le centenaire du tout premier parlement du pays

écouter (4min)

La date du 21 janvier fait consensus, car elle symbolise également la naissance de la démocratie irlandaise, même si elle marque aussi le début de trois ans de guerre contre les Britanniques.

Article rédigé par
Julien Lagache - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Vue de Dublin, en Irlande, le 2 décembre 2018. (CHRISTIAN CHARISIUS / DPA)

L'Irlande célèbre, lundi 21 janvier, le centenaire du tout premier parlement du pays. Réunis le 21 janvier 1919 à Dublin, au lieu de Londres où ils étaient censés siéger, les députés majoritairement nationalistes, fraîchement élus contre toute attente, avaient alors proclamé l'indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni. Indépendance qui ne sera pourtant effective que bien plus tard.

Faire du 21 janvier la journée de l'indépendance

La date est commémorée lundi alors qu'une loi est justement en préparation pour faire du 21 janvier la journée officielle de l'indépendance. Aux yeux des parlementaires et des historiens, le 21 janvier a le mérite de la légitimité. Les députés qui ont proclamé l'indépendance avaient été élus démocratiquement et pour la première fois, plus seulement par des hommes d'une certaine catégorie sociale, mais par tous les hommes de plus de 21 ans et les femmes de plus de 30 ans.

Il y a donc un consensus sur cette date, car elle symbolise également la naissance de la démocratie irlandaise, même si elle marque aussi le début de trois ans de guerre contre les Britanniques. Et comme beaucoup d'Irlandais le disent eux-mêmes, l'indépendance a été un long processus. De l'insurrection de Pâques, menée en 1916 par une poignée de militants nationalistes rapidement écrasés par les soldats britanniques, à la proclamation de la République en 1949, identifier un jour précis pour l'indépendance relève de l'impossible, d'où ce consensus sur un épisode démocratique et pacifique. En tout cas, la proposition de loi a été votée au Sénat et doit encore être débattue au Dail Eireann, l'assemblée nationale.

L'Irlande entame une longue séquence mémorielle

Comment expliquer cette démarche, 100 ans après ? L'Irlande a entamé une longue séquence mémorielle avec plusieurs centenaires que l'on a / ou que l'on va célébrer. Or, ils ont tous une résonance historique par rapport à la question de l'indépendance. Impossible donc de ne pas réfléchir à la portée symbolique de ces évènements, surtout à une période où le pays s'éloigne encore un peu plus du Royaume-Uni avec le Brexit. D'autant que les négociations du divorce ont suscité quelques tensions entre Dublin et Londres. On pense notamment à la question de la frontière et à l'impact économique ou identitaire du Brexit sur toute l'île, scindée en deux depuis 1922, avec d'un côté l'Irlande du Nord protestante et fidèle à Londres et de l'autre l'Irlande rebelle, séparatiste et catholique.

Néanmoins, à l'approche de ces commémorations, des élus ont jugé qu'il serait bon pour l'Irlande d'avoir dans son calendrier une journée officielle pour marquer l'indépendance, comme le 4 juillet aux États-Unis. Seulement les Irlandais sont traditionnellement plutôt attachés à la Saint-Patrick, mondialement connue, mais un peu trop religieuse au goût des promoteurs du 21 janvier, qui ne sera pas férié s'il devient fête nationale, et qui risque de mettre du temps à s'imprimer dans les esprits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.