En direct du monde, France info

En Inde, un homme condamné à la perpétuité pour un faux détournement d'avion

L'homme d'affaires indien a l'humour douteux avait laissé une note dans un avion affirmant que des terroristes se trouvaient à bord. Les autorités ont peu goûté au canular : la justice l'a condamné à la prison à vie.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'aéroport de Bombay, le 25 mars 2019 (illustration).
L'aéroport de Bombay, le 25 mars 2019 (illustration). (PUNIT PARANJPE / AFP)

En Inde, la justice vient de condamner un homme à la prison à vie. Son tort : avoir laissé une note dans un avion affirmant que des terroristes se trouvaient à bord…  une affirmation qui était totalement fausse… Les autorités n’ont pas du tout apprécié le canular et l’ont poursuivi selon une nouvelle loi draconnienne. Résultat : cet homme d’affaires devrait maintenant passer sa vie derrière les barreaux.

"La soute est bourrée d'explosifs"

Ainsi, il y a deux ans, l’équipage de bord d’un vol intérieur indien trouve une note dans les toilettes de première classe, sur laquelle est écrit ceci : "Des hommes armés sont à bord de cet avion et la soute est bourrée d’explosifs. Volez jusqu’au Cachemire pakistanais ou vous allez entendre les cris des gens qui meurent." L’équipage décide d’atterrir rapidement dans une ville de l’ouest de l’Inde. L’avion est fouillé, rien n’est trouvé. Et la police se rend vite compte de l'identité de celui qui a déposé cette menace, car il n’y avait que trois personnes en première classe. Et une seule qui est allée aux toilettes : un homme d’affaires de 36 ans, d’une riche famille de diamantaires. Qui a finalement avoué sa responsabiltié.

Qu’est ce qui a amené cet homme à faire cet acte apparemment insensé ? Si on croit son témoignage, c’est un mélange d’amour et de frustration. Cet homme d’affaires affluent voulait attirer une employée de la compagnie aérienne. Il pensait que sa menace pousserait l’entreprise dans la crise, que cette femme serait donc licenciée et qu’il pourrait alors la recruter. En même temps, il affirme qu’il avait une rancoeur envers cette compagnie aérienne et que son acte punirait ses dirigeants. 

La loi venait d'être adoptée

Un amour un peu fou, donc, pour cet homme qui se retrouve condamné à la prison à vie. Une peine très lourde. C'est en effet le résultat du passage d’une nouvelle loi, adoptée quelques mois seulement avant cette fausse prise d’otage. Cette législation punit toute personne qui détourne, menace de détourner, voire même laisse croire qu’il va détourner un avion. Et il n’y a que deux peines prévues pour punir ces actes : la peine de mort si quelqu’un meurt pendant le détournement, ou la prison à vie minimum dans tous les autres cas. Ceci même quand le commanditaire n’a usé d’aucune violence, comme pour cet homme d’affaires énamouré.

Une loi similaire existait auparavant, mais cette version est encore plus sévère, car elle couvre les simples menaces. L’Inde est en effet très exposé, du fait du terrorisme d’origine pakistanaise. Tout le monde ici se souvient du détournement de 1999, opéré par des terroristes pakistanais justement : pour libérer les voyageurs, le gouvernement indien avait dû accepter de relacher Masood Azhar, l’un des plus ardents séparatistes pakistanais, dont le groupe a revendiqué le sanglant attentat de février dernier au Cachemire.

L\'aéroport de Bombay, le 25 mars 2019 (illustration).
L'aéroport de Bombay, le 25 mars 2019 (illustration). (PUNIT PARANJPE / AFP)