En direct du monde, France info

En Inde, l'attente au feu rouge s'allonge si on klaxonne trop

La vidéo de cette expérience réalisée dans la ville de Bombay a eu beaucoup de succès sur les réseaux sociaux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un embouteillage dans le centre de New Delhi (Inde), le 31 juillet 2012 (photo d\'illustration).
Un embouteillage dans le centre de New Delhi (Inde), le 31 juillet 2012 (photo d'illustration). (PARTHA SARKAR / MAXPPP)

C’est l’un des bruits les plus célèbres du monde : le klaxon. Les automobilistes en Inde l’utilisent avec tellement de frénésie que les villes du pays sont devenues parmi les plus bruyantes du monde. La police de Bombay a donc eu une idée pour réduire ce vacarme : rallonger la durée des feux rouges quand les chauffeurs klaxonnent trop.

La police a branché un instrument de mesure de bruit à un feu rouge. Celui-ci est relié au compteur qui égrène les secondes avant que le feu ne passe au vert. La logique est simple, si les automobilistes impatients klaxonnent trop au feu rouge et que le bruit relevé dépasse les 85 décibels, ce qui est très élevé, le décompte des secondes, lui, repart à zéro. Le feu reste rouge et les chauffeurs impatients doivent attendre davantage.

Une vidéo devenue virale

Plus de trois millions de visionnages ont été comptabilisés depuis 15 jours sur le compte Twitter de la police de Bombay et des millions supplémentaires sur d’autres réseaux sociaux. Les Indiens, qui conspuent généralement la police du pays, applaudissent cette initiative dans leurs commentaires, d'autant plus que la vidéo est tournée sur un ton humoristique très drôle.

Cette expérimentation a été menée à plusieurs reprises à Bombay en fin d’année dernière. Elle n’est plus en cours, mais grâce à cette vidéo, elle a eu un fort impact et d’autres villes indiennes sont maintenant intéressées.

Un problème du bruit endémique

La circulation en Inde est chaotique et a de quoi effrayer le néophyte, mais cela dépasse la simple précaution. La plupart des Indiens, en fait, ne savent pas conduire sans klaxonner. On klaxonne aux intersections au lieu de regarder. On klaxonne quand une voiture ne va pas assez vite ou trop vite. On klaxonne dès que le feu passe au vert ou même quand il est encore rouge. En gros, on klaxonne tout le temps. Cela contribue à placer les villes indiennes parmi les plus bruyantes du monde, ce qui entraîne du stress et a des effets néfastes sur la santé des habitants.

Les personnes qui vivent près de carrefours perdent couramment leur ouïe à cause de ce bruit, et ceci sans même s’en rendre compte. Cela affecte leur sommeil, augmente l’énervement général et fait augmenter la tension artérielle de la population, ce qui peut provoquer des infarctus. Or, cette situation ne devrait pas s’améliorer. Une étude vient également de placer Bangalore et Bombay parmi les villes les plus embouteillées du monde, rajoutant autant de raisons de klaxonner.

Un embouteillage dans le centre de New Delhi (Inde), le 31 juillet 2012 (photo d\'illustration).
Un embouteillage dans le centre de New Delhi (Inde), le 31 juillet 2012 (photo d'illustration). (PARTHA SARKAR / MAXPPP)