En direct du monde, France info

En direct du monde. Les réfugiés nord-coréens, stars du petit écran au Sud

En Corée du Sud, un nouveau type de programmes télévisés rencontre un succès étonnant : les émissions de télé-réalité qui mettent en scène des réfugiés nord-coréens.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Park Yeon-mi est une réfugiée nord-coréenne, devenue célèbre dans le monde entier après sa participation à une émission de télé-réalité. 
Park Yeon-mi est une réfugiée nord-coréenne, devenue célèbre dans le monde entier après sa participation à une émission de télé-réalité.  (AFP)

Un nouveau type de programmes télévisés plaît beaucoup en ce moment en Corée du Sud : les émissions de télé-réalité mettant en scène des réfugiés nord-coréens. L’occasion pour les Sud-Coréens de perdre quelques préjugés à l’égard de leurs cousins du Nord.

Homme du Sud, femme du Nord

Tout a commencé il y a cinq ans par un talk-show intitulé Ijae Manaro Gamnida (Je vais à ta rencontre). Le concept est simple et efficace : une vingtaine de jolies jeunes filles venues de Corée du Nord sont réunies sur un plateau et répondent à des questions sur les aspects les plus insolites de la vie quotidienne au Nord, ou sur leur propre tragédie familiale.

L’ambiance alterne entre rires et larmes. L’émission fait un carton parce qu’elle permet aux Sud-Coréens de découvrir la Corée du Nord par l’angle humain, en parlant d’autre chose que de nucléaire et de politique.

Le concept a fait des émules : talk-shows et émissions de télé-réalité avec des transfuges se multiplient. Par exemple, le programme intitulé Homme du Sud, femme du Nord suit le quotidien d’une célébrité du Sud et d’une réfugiée du Nord qui prétendent vivre en couple.

D’autres émissions ont des visées plus éducatives, mais l’idée reste la même : inviter des réfugiés à parler des aspects les plus méconnus d’un pays qui reste toujours opaque et fermé.

Humaniser les réfugiés

Ces émissions se font parfois un peu racoleuses. Les Nord-Coréens éclatent en sanglots à l’écran en évoquant leurs proches laissés au Nord ou les souffrances infligées par le régime. Ils font rire le public avec des anecdotes sur les pratiques amoureuses au nord de la frontière. Et tous ces témoignages contribuent grandement à humaniser les réfugiés.

C’est important, parce que les transfuges sont souvent vus par leurs compatriotes du Sud comme des citoyens de seconde zone. On les considère avec méfiance. Beaucoup les voient encore comme des espions en puissance.

Aujourd’hui, 30 000 Nord-Coréens vivent au Sud. Ils souffrent de discriminations, ils ont par exemple du mal à trouver du travail. Les producteurs de ces émissions affirment vouloir casser les préjugés à leur égard et ainsi préparer la future réunification.

Quelques controverses

Ces émissions sont très préparées, elles sont écrites à l’avance, et certains les accusent de sensationnalisme et d’exagérer les histoires des réfugiés. Les participants sont rémunérés. Certains en font même leur métier, ce qui soulève un problème éthique : en payant pour un témoignage, il y a un risque pour que la personne dise ce que son auditoire attend d’elle.

L’une des plus célèbres participantes de l’émission Je vais à ta rencontre, Park Yeon-mi, est devenue célèbre. Depuis, elle est invitée à des conférences dans le monde entier pour raconter son histoire... Mais elle a aussi été accusée d’avoir changé de façon significative son témoignage, au fil des ans.

Park Yeon-mi est une réfugiée nord-coréenne, devenue célèbre dans le monde entier après sa participation à une émission de télé-réalité. 
Park Yeon-mi est une réfugiée nord-coréenne, devenue célèbre dans le monde entier après sa participation à une émission de télé-réalité.  (AFP)