Cet article date de plus de cinq ans.

En direct du monde. L'Argentine veut exterminer 100 000 castors

écouter (3min)

Pour sauver sa forêt de Terre de Feu, l'Argentine a commencé un plan d'extermination de sa population de castors. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Barrage de castors en Terre de Feu, en 2008. (MAXPPP)

100 000 castors seront exterminés en Argentine, dans la région d’Ushuaïa. Un plan d’éradication a récemment été mis en place dans le sud du pays car les rongeurs détruisent purement et simplement la forêt du Parc national de Terre de Feu.   

Le plan d’éradication a commencé il y a un mois. Actuellement, dix chasseurs sont à l’œuvre pour tuer les premiers castors. Ils ont tous suivi une formation spécifique et se sont mis au travail il y a quelques semaines, en installant des pièges dans les huit zones touchées par la destruction d’arbres.

L’Argentine a signé avec le Chili, le pays voisin, un accord en 2008 autorisant l’extermination des castors, des espèces devenues envahissantes. En effet, la situation est aujourd’hui catastrophique. La forêt semble avoir été dynamitée. Les castors ont l’habitude de ronger les troncs d’arbres et d’en faire des barrages. Non seulement le paysage a complètement changé mais les cours d’eau ont été déviés, transformant les rivières en étangs et obligeant de nombreuses espèces vivantes à se déplacer ou à changer leurs habitudes. Un processus alarmant qui a donc provoqué ce plan d’extermination.

Une espèce introduite dans les années 40

Aujourd’hui, on compte 100 000 castors en Terre de Feu. En 1946, une vingtaine de castors canadiens ont été transportés dans le sud de l’Argentine afin de soutenir l’industrie de la fourrure et les tanneries locales. Sur le même modèle, des cerfs ou des sangliers avaient été introduits en Patagonie quelques décennies auparavant. Mais les autorités n’avaient pas mesuré l’impact écologique que provoqueraient ces quelques castors.

Sans prédateur naturel et face à une abondance de nourriture, les rongeurs se sont reproduits et multipliés à une vitesse folle. De plus, dans leur habitat d’origine, les arbres repoussent après avoir été rongés. Or, ce n’est pas le cas des espèces d’arbres de la région d’Ushuaïa qui ont un cycle de reproduction de 70 ans seulement : eux ne poussent plus.

L'autorisation de la chasse aux particuliers n'a pas suffi

Toutes les options ont été analysées avant d'envisager l'extermination des castors. Il y a quelques années, les autorités ont donné l’autorisation aux habitant de Terre de Feu de chasser eux-mêmes les castors et ont permis la vente particulière de fourrure. Mais cela n’a pas été suffisant.

Par ailleurs, détruire un barrage construit par les castors vaut 30 000 pesos (1 800 euros), et les animaux les reconstruiraient en deux ou trois semaines : trop cher et sans fin. L’Argentine en est arrivée à un point critique et il semble que l’extermination totale des castors soit la seule solution pour sauver l'extraordinaire forêt de Terre de Feu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.