En direct du monde, France info

En direct du monde. L'Arabie Saoudite change de calendrier pour des raisons économiques

Les autorités saoudiennes viennent de changer de calendrier. Riyad adopte le calendrier grégorien au détriment du calendrier de l’Hégire ou calendrier islamique. Les fonctionnaires saoudiens vont travailler onze jours de plus.

Un Saoudien travaillant à son bureau.
Un Saoudien travaillant à son bureau. (AFP)

L’Arabie Saoudite traverse en ce moment une période de crise. Riyad a affiché l’an passé un déficit budgétaire de 90 milliards d’euros à cause de la chute du prix du baril de pétrole.  Le roi Salman a dû prendre des mesures drastiques, mettre la population saoudienne à la diète (augmenter par exemple les tarifs d’eau et d’électricité ou ne plus accorder de subventions) un traumatisme pour cette population qui a longtemps vécu sous perfusion.  L’Etat cherche par tous les moyens à effectuer des économies. Le passage au calendrier grégorien depuis le 1er octobre dernier permet au royaume de faire travailler ses fonctionnaires onze jours de plus sans augmentation de salaire.  

 Comment est-ce possible ? 

Dans le calendrier islamique de l’Hégire, l’année compte douze mois de 29 ou 30 jours, selon l’observation de la lune et non du soleil ce qui fait que les années défilent ainsi plus vite que dans le calendrier grégorien qui compte onze jours de plus. Cela faisait 86 ans depuis la création du Royaume que l’Arabie Saoudite utilisait le calendrier de l’Hégire. Un choix qui était devenu un symbole pour ce pays gardien des deux lieux saints : Medine,  la Mecque. Mais la crise sans précédent que traverse l’Arabie Saoudite l’oblige à mettre le voile sur un certain nombre de principes, ou préceptes vécus jusque-là comme un frein dans cette société partagée entre modernité et traditions.

 Les autorités saoudiennes vont encore plus loin pour effectuer des économies ? 

Outre le changement de calendrier parmi les dernières mesures annoncées fin septembre, le roi Salman a également prévu de réduire les salaires des ministres de 20 % et de geler des salaires des petits fonctionnaires. Une décision historique qui ne plaît pas à tout le monde. Mais ici, en Arabie, le peuple ne descend pas dans la rue, il n’a pas la culture de la manifestation comme en France par exemple. De toute façon il est interdit de manifester. 
 
Depuis le lancement du plan vision 2030 par Mohammed Bin Salman, le jeune vice-prince héritier, ce plan vise surtout à diversifier l’économie et à préparer le pays à l’après-pétrole, les saoudiennes et saoudiens, les hommes d’affaires surtout vivent une période d’attentisme. Ils sont tous dans l’expectative parce que ce plan  "vision 2030" est un sacré pari sur l’avenir du royaume d’Arabie Saoudite.  
 

Un Saoudien travaillant à son bureau.
Un Saoudien travaillant à son bureau. (AFP)