En direct du monde, France info

En direct du monde. Barcelone lance sa monnaie locale

En direct du monde vous emmène en Espagne. La mairie de Barcelone testera à partir de 2017 une monnaie locale, destinée à encourager le commerce de proximité.

Barcelone, en mars 2013.
Barcelone, en mars 2013. (MAXPPP)

C'est une manière de favoriser les échanges locaux et les achats chez les petits commerçants. En Espagne, la ville de Barcelone lancera en 2017 une monnaie locale. Une concurrente de l’euro à petite échelle. C’est l’équipe de la maire de la ville, Ada Colau, proche de Podemos et de la gauche radicale, qui est à l'initiative.

Une monnaie testée dans les quartiers pauvres

Dans un premier temps, cette monnaie locale restera virtuelle. Elle se chargera via des dispositifs électroniques, notamment une application sur les smartphones. Voilà qui coûte moins cher que d’imprimer des billets... et qui permet aussi d'éviter toute contrefaçon.

Ce projet pilote sera testé dans un premier temps dans la zone de la rivière Besos, dans les quartiers les plus pauvres de Barcelone. Ceux qui utiliseront cette monnaie favoriseront les commerçants du quartier, qui, à leur tour, iront dépenser leur monnaie près de chez eux plutôt que dans un centre commercial en périphérie. Si le projet fonctionne, il sera étendu au reste de la ville en 2019.

Une monnaie utile... ou pas ?

Une monnaie "impossible" et "indésirable". C'est ainsi que le vice-gouverneur de la Banque d’Espagne a qualifié cette initiative. Son justement est toutefois à relativiser. N'oublions pas que l'institution participe au système de la Banque centrale européenne : sa mission est de protéger l’euro, pas de promouvoir des monnaies rivales.

D’autres économistes se montrent plus favorables à la monnaie locale barcelonaise. Selon eux, son succès dépend du degré d’implication de la mairie : va-t-elle payer une partie ou un complément du salaire des fonctionnaires municipaux avec cette monnaie locale ? La mesure aiderait à coup sûr à la diffuser. L'autre question est de savoir si les habitants, les consommateurs et les commerçants s’approprieront le dispositif.

Une monnaie très politique

Barcelone n’est pas la première ville à mettre en place ce type de monnaie. La ville s’inspire des "Bristol Pounds" en Angleterre, de la "Sol Violette" de Toulouse ou encore de la "Sonantes" à Nantes. Mais cette fois la dimension est tout autre. Barcelone est la deuxième ville d’Espagne, la capitale de la Catalogne... et compte 1,6 million d'habitants.

Autre différence avec ses consœurs : la monnaie barcelonaise revêt une dimension très politique. La mairie est dirigée par un parti proche de Podemos. L’opposition ne s'est d'ailleurs pas privée de dénoncer une attaque anticapitaliste contre l'euro.

Plus généralement, la monnaie barcelonaise s’inscrit dans un volet plus large d’économie sociale et solidaire doté de 24 millions d’euros. Ada Colau, la maire de la ville, peut même espérer que les indépendantistes catalans se l’approprient, en y trouvant une nouvelle occasion de se différencier du reste de l’Espagne.

Barcelone, en mars 2013.
Barcelone, en mars 2013. (MAXPPP)