En direct du monde, France info

En Corée du Sud, les JO servent de terrain de jeu pour tester la 5G

Les Jeux olympiques de Pyeongchang servent de test grandeur nature à la technologie 5G. Une première mondiale que comptent bien exploiter les entreprises sud-coréennes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une employée dans le \"showroom\" de Samsung au centre de presse de Pyeongchang, en Corée du Sud.
Une employée dans le "showroom" de Samsung au centre de presse de Pyeongchang, en Corée du Sud. (FLORIAN CHOBLET / AFP)

Les Jeux olympiques d’hiver entament leur dernière semaine, lundi 19 février, à Pyeongchang, en Corée du Sud. Ces JO sont utilisés comme une vitrine par les entreprises sud-coréennes du secteur des télécommunications, comme l'opérateur téléphonique coréen KT. Celui-ci expérimente la prochaine génération d'internet mobile ultra-rapide, la 5G, qui permet une transmission de 10 gigabits par seconde, soit 100 fois plus rapide que la 4G. C'est une première mondiale.

Se mettre à la place du pilote de bobsleigh 

Dans la station sud-coréenne, il est par exemple possible de suivre en direct les épreuves de bobsleigh en utilisant un casque de réalité virtuelle : une caméra est placée sur le bobsleigh et les images haute-définition sont transmises à très haute vitesse, ce qui donne au spectateur l’impression d’être à la place du pilote. 

Il est aussi possible de regarder les épreuves de patinage artistique et de patinage de vitesse en direct, grâce à une technologie qui permet de choisir son angle de vue. Celle-ci s'appuie sur 100 caméras installées autour de la patinoire. Le spectateur peut donc "tourner" à 360° autour des athlètes, simplement en glissant son doigt sur une tablette.

Faire fuir les sangliers qui rôdent sur les pistes 

Cette technologie 5G a aussi une application plus étonnante : la lutte contre les sangliers. Ces bêtes sont de plus en plus nombreuses à rôder dans les montagnes de Pyeongchang, or cela représentent un danger pour les cultures, les habitants et... les skieurs. Des caméras connectées ont donc été installées autour des zones sensibles et, grâce à la qualité des images transmises, on peut identifier automatiquement un sanglier en approche, mais aussi lui faire peur en projetant de la lumière et en diffusant un enregistrement de cri de tigre.

Selon l’entreprise KT, les systèmes utilisant la précédente génération d’internet mobile n’étaient pas assez performants pour faire la différence entre un sanglier et un autre animal.

Le premier pays au monde pour la 5G

La 5G servira aussi à tous les gadgets connectés qui ont besoin de transmettre d’important flux de données, comme les robots et les véhicules autonomes. À Pyeongchang par exemple, des bus sans conducteur et connectés à la 5G circulent déjà autour des installations olympiques. Après ces Jeux d'hiver, les ingénieurs dissèqueront les données obtenues pour améliorer leur technologie et, dès l’année prochaine, la Corée du Sud sera le premier pays au monde à offrir cette 5G ultra-rapide à ses utilisateurs de smartphones. 

Une employée dans le \"showroom\" de Samsung au centre de presse de Pyeongchang, en Corée du Sud.
Une employée dans le "showroom" de Samsung au centre de presse de Pyeongchang, en Corée du Sud. (FLORIAN CHOBLET / AFP)