En Chine, les 100 ans du Parti communiste font la promotion d'une “vision correcte de l’Histoire”

écouter (3min)

Pour Xi Jinping et la propagande du gouvernement chinois, les festivités sont l'occasion de tourner le dos au “nihilisme historique" de ceux qui critiquent le passé.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les célébrations des 100 ans de la fondation du Parti communiste chinois à Pékin, le 28 juin 2021. (NOEL CELIS / AFP)


C'est une semaine rouge qui s’annonce en Chine : les festivités pour célébrer les 100 ans de la fondation du Parti communiste chinois, crée clandestinement à Shanghai en 1921, ont commencé lundi 28 juin. Des orages étaient prévus mardi et le spectacle intitulé "le Grand Voyage", mis en scène par le réalisateur Zhang Yimou, a été avancé de 24 heures, ainsi que le feu d'artifice tiré au stade national olympique de Pékin. Il fallait être vacciné et invité pour y assister.

Mardi, on attend un discours de Xi Jinping et le président chinois remettra la médaille du 1er-Juillet à des membres exceptionnels du parti, place Tiananmen, annonce l’agence officielle de presse. Et l’événement sera retransmis à la télévision. L'idée est de donner l'exemple de ceux qui œuvrent pour le pays, ils sont érigés en modèles par le PCC. Et puis jeudi 1er juillet, jour de l’anniversaire du Parti communiste, il est question d’un événement populaire place Tiananmen, avec un survol d’avions, mais là encore, le programme n'est pas précisé dans les détails. La place Tiananmen est fermée au public et la ville est très surveillée : il y a eu des contrôles de police à domicile de vérification des papiers d'identité.

C'est tout le pays qui est mobilisé pour cet anniversaire. En plus de la capitale où ont lieu les grandes cérémonies autour de Xi Jinping, on peut citer Shanghai, qui est un lieu symbolique puisque c'est là que le Parti communiste chinois a été fondé, dans l’ancienne concession française, en 1921.

+208% de "tourisme rouge" dans le pays

Un musée vient d’y ouvrir, et franceinfo l'a visité. La scène de la réunion clandestine au cours de laquelle le Parti communiste chinois est né plonge les visiteurs dans l’ambiance de ce premier congrès tenu dans le plus grand secret, avec des sons et des images en 3D. Des acteurs jouent les rôles des intellectuels de gauche séduits par les idées de Marx lors de la Révolution bolchevique, dont Mao Zedong, présent à cette réunion secrète. Les premiers visiteurs de ce nouveau musée dans lequel le gouvernement a mis beaucoup d’argent, sont des membres du parti communiste.

Les entreprises ont été mobilisées pour emmener leurs employés sur tous les sites historiques du PCC en Chine. Ctrip, numéro 1 du tourisme chinois, enregistre plus de 208% de "tourisme rouge" dans le pays. "Camarades, lance cette cheffe d'entreprise à ses salariés méritants pour introduire la visite, aujourd’hui nous sommes sur le lieu de naissance du Parti communiste chinois. De la naïveté à la maturité, de la souffrance à la gloire, cela a été dur. Un grand nombre de gens ont donné sang et vie pour construire les fondations du Parti et de la Chine.”

L'heure n'est vraiment pas à la critique du passé, qualifiée de “nihilisme historique" dans cette Chine devenue la deuxième puissance mondiale. La propagande passe rapidement sur les violences de dix ans de Révolution culturelle. Pas un mot sur la répression du mouvement pro démocratique de la place Tiananmen en 1989, ni sur les dizaines de millions de morts de la grande famine après le Grand Bond en avant. Xi Jinping, secrétaire général du PCC, insiste sur une “vision correcte de l’Histoire” que la propagande relaie dans les musées, à la télévision, au cinéma et sur de larges banderoles accrochées dans toutes les villes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En direct du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.