En direct du monde, France info

En Chine, le pouvoir accentue son contrôle sur les religions

La Chine a décidé de mettre en place une nouvelle réglementation, à compter de jeudi. Elle durcit le contrôle des religions afin de "renforcer la sécurité nationale", selon le gouvernement chinois.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Dominique AndréRadio France

Mis à jour le
publié le

Un officier de police chinois surveille la foule qui franchit la porte nord de la place Tiananmen, à Pékin, alors que le drapeau national flotte devant le mausolée de Mao Zedong, le 13 avril 2000.
Un officier de police chinois surveille la foule qui franchit la porte nord de la place Tiananmen, à Pékin, alors que le drapeau national flotte devant le mausolée de Mao Zedong, le 13 avril 2000. (STEPHEN SHAVER / AFP)

Le régime chinois est très préoccupé par la situation au Xinjiang, dans le nord-ouest du pays, où il craint de voir apparaître un islam radical et armé. Depuis 2017, le voile intégral est interdit, ainsi que les barbes, jugées "anormales". C'est dans ce contexte que la Chine a décidé de mettre en place une nouvelle réglementation qui durcit le contrôle des religions afin de "renforcer la sécurité nationale", selon le gouvernement chinois. Ces nouvelles règles entrent en vigueur jeudi 1er février.

Désormais, les conditions d'ouverture d'écoles confessionnelles sont plus strictes. L'enseignement religieux est interdit en dehors des établissements autorisés. Pour ce qui est des bouddhistes, les moines tibétains doivent maintenant disposer d'un permis spécial pour se déplacer en Chine. Les chrétiens sont également très surveillés, notamment le développement du protestantisme et des églises évangéliques. Il y a 15 jours, dans le nord du pays, une immense église a été détruite.

Depuis que Xi Jinping est au pouvoir, on observe un renforcement de l’encadrement des religions par la loi

He guo Qiang
avocat d'une ONG à Pékin

à franceinfo

Le renforcement de l'encadrement des religions par la loi "est une recommandation des instances les plus hautes du Parti communiste", explique l'avocat He guo Qiang, qui travaille pour une ONG chinoise à Pékin. La réglementation sur les religions "datait de 2005. Elle ne s'adaptait plus du tout à notre époque. Il fallait la changer", poursuit l'avocat.

Par exemple, "les dons provenant de l'étranger sont interdits quand la somme dépasse 100 000 yuans, environ 15 000 euros. Il faut faire une déclaration auprès du département des Religions", rapporte cet avocat.

Pour He guo Qiang, la nouvelle réglementation vise à travailler en amont, pour éviter tout les risques de troubles, ou de menaces. Ces menaces sont craintes par-dessous tout par le gouvernement chinois qui s'inquiète de la stabilité sociale du pays.

Le poids des religions en Chine

Selon la presse officielle chinoise, 300 millions de personnes pratiqueraient une religion dans le pays. Les catholiques seraient près de 6 millions, les protestants sont en plein essor. Ils seraient au moins 40 millions voire 70 millions avec les Églises non reconnues. 

Les musulmans sont estimés entre 23 et 25 millions. Les bouddhistes représenteraient, au moins, 100 millions de personnes tandis que la religion originelle chinoise regrouperait 2 millions de taoïstes. Ces chiffres montrent qu’il existe en Chine un réveil religieux après des années de répression maoïste. 

Un officier de police chinois surveille la foule qui franchit la porte nord de la place Tiananmen, à Pékin, alors que le drapeau national flotte devant le mausolée de Mao Zedong, le 13 avril 2000.
Un officier de police chinois surveille la foule qui franchit la porte nord de la place Tiananmen, à Pékin, alors que le drapeau national flotte devant le mausolée de Mao Zedong, le 13 avril 2000. (STEPHEN SHAVER / AFP)